Musique : Asia – Asia (1982)

asiaDans la grande famille du FM on pense à des albums de Foreigner de Bon Jovi ou certains Def Leppard et Van Halen, mais peu à Asia.
Il est vrai que ce groupe utilise plus volontiers les synthé que les guitares dans ses morceaux. Cet album est certainement un des plus représentatif du style de ce groupe. Marqué par le hit Heat of the moment, c’est un album au son très daté années 80 avec des échantillons aux sonorités très électroniques : trompette, orgue, piano, saxo.
L’album commence par Heat of the moment, un morceau qui contrairement aux autres, a une intro à la guitare. Alors que les couplets utilisent une instrumentation classique, le refrain fait apparaître un “riff” de synthé,accompagné de choeurs, autre marque de fabrique du groupe. Dès le deuxième morceau, Only time will tell, on sent que l’on n’a pas affaire à un groupe de hard rock tendance heavy (mais qui s’en plaindra) : l’intro aux trompettes synthétiques donne une tonalité épique à ce morceau avant de redevenir plus classiquement un morceau de FM comme le pratiquaient les groupes de l’époque. Le refrain fait usage des choeurs harmonieux du groupe, ceux ci répondant au soliste dans le second couplet. Suit alors le morceau Sole survivor a l’intro synthétique et multi-instrumentale accompagnée d’un joli solo de guitare et d’une rythmique plus puissante. La mélodie est efficace, toujours en choeur. Les solos de synthé répondent aux solos de guitare en parfaite cohésion. One step closer a une intro plus typée 70 avec un solo de guitare, une rythmique appuyée par la batterie puis le synthé. Le chant se fait plus doux, plus pop psyché. Le refrain reprend les fameuses trompettes qui parsèment l’album. Un morceau que n’aurait pas renié un Journey.
Arrive alors Time Again à l’intro sombre et toute en accélération où se suivent choeurs, solo des différents instruments. Un morceau qui a un feeling 70’s. Il faut attendre plus d’une minute avant d’avoir du chant, les guitares repondant au chanteur dans le couplet. Les solos de guitare tout en élégance et en feeling seraient presque à considérer comme un deuxième chanteur. Wildest dreams permet de revenir à un style plus 80 avec une intro synthé guitare puis un chant floydesque. Les choeurs deviennent des slogans renforcant un refrain pour une fois interprété par le seul chanteur. Without you marque l’arrivée du piano avec encore une inspiration pink floydesque. C’est un morceau très épuré aux solos de guitare et choeurs très harmonieux, à peine renforcé par une nuage de synthé. Un morceau très planant marqué une rupture à mi parcours où la batterie se fait plus présente. Cutting it fine est un pur morceau hard FM, classique et efficace mais qui part encore dans des digressions des divers instruments pour se prolonger et atteindre une dimension épique que ne renieraient pas certains groupes metal plus actuels.L’album se termine par un Here comes the feeling qui semble une compilation de toutes les qualités de ce groupe : Une mélodie efficace qu’on se plait à reprendre en choeur avec le groupe, un accompagnement au piano, des solos mélodieux et bien calibrés qui font passer les 5 minutes 40 bien plus vite que l’on ne pense. Un album qui satisfera à la fois les amateurs de progressif, de hard seventies, de FM et de pop.
Iceman
Membres : Geoff Downes, John Wetton, Steve Howe, Carl Palmer
01. Heat Of The Moment 02. Only Time Will Tell 03. Sole Survivor 04. One Step Closer 05. Time Again 06. Wildest Dreams 07. Without You 08. Cutting It Fine 09. Here Comes The Feeling –
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s