Musique : Queen – A Day at the Races (1976)

queenracesAprès 4 albums et le succès de leur « A Night at the Opera », Queen s’attaque à une difficile succession pour ce jour aux courses. Le quatuor Londonien a enfin atteint le sommet dans ce milieu des seventies.

Formé en 1970 par Brian May, Roger Taylor et Freddie Mercury, le groupe est complété en 1971 par le bassiste John Deacon. Très tôt, la personnalité excentrique du chanteur, Freddie Mercury marque leurs prestations, autant que le son si particulier du guitariste Brian May. Ils débutent avec une musique empreinte de références progressistes ,un look teinté de glam et des titres aux paroles oniriques. Pourtant il y a déjà tout ce qui fera la particularité du groupe : un son hard rock mélé à des chœurs et un grand sens mélodique. Le paroxysme de ce style arrivera donc avec le maintenant fameux Bohemian Rhapsody sur le précédent album « A Night at the Opera ». Il aurait été facile au groupe de poursuivre dans cette voie mais la personnalité des différents membres entraine justement le groupe dans des directions multiples.

L’album commence donc sur un titre heavy avec « Tie your Mother down » mais le sens mélodique l’emporte ensuite avec le très doux « You Take my breath away ». C’est justement cette opposition de style qui fait tout le sel de l’album. On y trouve ainsi des titres aux sonorités rétro, presque music hall, comme « Good old-fashioned lover boy » qui viennent succéder à des hits comme la somptueuse balade « Somebody to love » ou le très heavy « White Man ». Chez d’autres groupes, cela pourrait déranger, paraître hétéroclite. Mais chez Queen, rien de cela. La personnalité du groupe parvient à rendre tout cela cohérent, à nous embarquer dans son monde. Car on ressent tant d’émotion dans la voix de Mercury sur les titres lents, bien aidé par les phrases de guitare solo de May. Et on est pris par la rage de leurs morceaux heavy, embarqué par la puissance des chœurs et on se prend à danser ou sautiller sur You and I. L’album se termine déjà, sur l’atypique et superbe « Teo Torriate », un morceau en anglais et japonais écrit par Mercury et qui termine par une apothéose de chœur cet album souvent oublié par rapport à son cousin à la couverture blanche.

Après le carton du précédent album, il était difficile de s’attendre à mieux. Ainsi il se vendra moins bien mais contribuera à continuer la légende du groupe. Ils donneront un concert gratuit à Hyde Park cette même année, pouvant ainsi vérifier devant 200000 personnes qu’ils ont gagné leur place au panthéon du rock. Le parcours du groupe sera encore peuplé de grands albums, même si les styles iront du hard à la pop en passant par le disco. Les nombreuses compilations qui sont éditées reprennent tant de titres de ce Day at the Races que son impact ne se mesure que maintenant.

Iceman

Membres : Freddie Mercury, Brian May, John Deacon, Roger Taylor

1- Tie your mother down 2- You take my breath away 3- Long Away 4- The Millionaire Waltz 5- You and I 6- Somebody to love 7- White Man 8- Good Old-fashioned lover Boy 9- Drowse 10- Teo Torriate

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s