Musique : Chris Rea – Auberge (1991)

reaaubergeLa fin des années 90 est l’apogée de la carrière de l’auteur compositeur interprète Chris Rea.

Cet anglais à la voix grave rocailleuse et au son de guitare bluesy comptait déjà de gros succès depuis les années 80 avec Fool dès 1978, joué au piano pourtant puis Josephine sur l’album Shamrock Diaries en 1985, et On The Beach en 1986 qui lui fait faire la première partie sur quelques dates de la dernière tournée de Queen. En 1989, c’est la consécration dans son pays pour cet originaire de Middlesbrough et fils d’émigré italien, avec l’album Road to Hell, plus rock que les précédents. Et en 1991, il réussit à poursuivre ce succès avec ce magnifique album : Auberge.

Grand fan de voitures, avec des titres sur Daytona et même un film sur le sujet, il le rappelle avec la pochette de l’album qui met en scène une Caterham Super Seven, la sienne, sur une route au soleil levant. C’est effectivement dans un beau voyage que nous emmène l’album. Tout commence par une intro au dobro après un bruit de moteur. Le son de l’orgue répond à la guitare slide puis à un harmonica pour une ambiance très western. La guitare chante mélodieusement avant de laisser la place à la rythmique du morceau au bout de 2 minutes. Ca y est, nous sommes partis sur la route. Les chœurs nous appellent à partir ailleurs, à quitter notre quotidien. Les cuivres accompagnent les envolées lyriques de la guitare. Nous voilà maintenant dans un endroit paisible avec Gone Fishing. La voix de Chris est mise en avant pour ce morceau plein d’émotion. You’re not a Number revient au style de Road to Hell. Mais le blues rock reprend ses droits avec You’re not a Number. C’est le calme, le paradis avec le bien nommé Heaven. Et toujours ce son de Slide dans le planant Set me free. L’album alterne ainsi les moments contemplatifs, mélancoliques (Sing a song of love to me), abordant même le rythme reggae dans Every second counts. Mais dans ce voyage, ce qu’il recherche, c’est bien le soleil pour chasser les nuages noirs. Looking for the summer résume bien cette recherche. Et c’est sur des sons de violons que l’on se quitte après cette échapée pour The Mention of your Name.

L’album réussit ainsi la parfaite synthèse entre le blues qui attire Chris Rea depuis son enfance le rock, et les rythmes plus cool de son début de carrière. Il poursuivra sa carrière par un moins réussi « God great banana skin avant de se consacrer à un film sur sa passion de l’automobile et Ferrari. Hélas, il devra lutter contre un cancer du Pancreas, stoppant net sa carrière. Laché par sa maison de disque, il reviendra pourtant sur un label allemand pour reprendre une carrière dans le Blues qu’il aime tant. Et s’il ne rencontre qu’un succès plus modéré que ce Auberge, il se fait plaisir et fait plaisir aux amateurs du genre. C’est bien l’essentiel.

Iceman

Chris Rea accompagné notamment de Anthony Dreman, Robert Ahwai, Max Middleton.

1- Auberge 2- Gone Fishing 3- You’re Not A Number 4- Heaven 5- Set Me Free 6- Red Shoes 7- Sing A Song Of Love To Me 8- Every Second Counts 9- Looking For The Summer 10- And You My Love 11- The Mention Of Your Name

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s