Cinéma et Musique : Tous en scène de Vincente Minelli (1953)

bandwagonFred Astaire, acteur et danseur mythique de la comédie musicale classique américaine a collectionné les chefs d’œuvres du genre. Mais le plus reconnu d’entre eux est The Band Wagon aussi connu en France sous le nom de Tous en scène. Il représente la quintescence de ce que les studios américains ont pu produire dans les années 30, 40 et 50.

Fred Astaire a déjà 54 ans et une longue carrière derrière lui, commencée avec sa sœur Adèle puis poursuivie seul à Broadway et ensuite à la RKO. Le couple qu’il forme avec Ginger Rogers a l’écran enchante le public des années 30. Il quitte ensuite la RKO pour être freelance et est associé à des partenaires aussi talentueuses que Rita Hayworth, Eleanor Powell ou Cyd Charisse dont la légende dit qu’il la trouvait trop grande. En 1953, le genre du musical est à son apogée. Singin’ in the rain est sortie l’année précédente. Alors Astaire tourne ce film pour la MGM sous les ordres du grand Vincente Minelli, spécialiste du genre. Il a lui aussi une cinquantaine d’année mais sa carrière de réalisateur n’a commencé qu’en 1942. Il a déjà travaillé avec Astaire sur Yolanda and the thief et a connu des succès aussi retentissants que Ziegfield Follies, The Pirate, An American in Paris.

Voilà donc que cette dream team s’attelle à ce film. Le titre reprend celui d’un musical de Broadway des années 30 avec justement Fred Astaire et sa sœur. Les musiques restent les même, composées par la paire Howard Dietz et Arthur Schwartz. Et l’histoire du film ne peut que toucher un Fred Astaire toujours aussi alerte mais vieillissant. Il joue en effet le rôle d’un vieux danseur qui souhaite relancer sa carrière à Broadway dans un dernier musical avec une star montante de la mise en scène et une danseuse qui promet beaucoup mais qui ne se cantonne qu’à la danse classique. Cyd Charisse a elle aussi un rôle qui lui rappelle sa propre vie puisqu’elle débuta par le classique. Le film commence donc avec un Fred Astaire désargenté mais toujours heureux de vivre.

Il n’y a qu’à le voir dans le deuxième numéro du film, « Shine on your shoes », où il danse autour d’un véritable fauteuil de cordonnier des rues, s’amusant avec les machines à sous, sautant et virevoltant avec toujours autant de classe et de fluidité. Il retrouve ses compères du film dont ce nouveau metteur en scène pour le montage de ce musical. Ensemble, ils entonne le désormais classique « That’s Entertainment ». Et puis c’est la rencontre avec Cyd Charisse, d’abord difficile mais les deux danseurs se rejoignent grâce à leur art dans une scène d’anthologie dans un Central Park idéalisé. Mais évidemment, le spectacle est un échec.

Cela ne suffit pas à décourager Fred Astaire qui décide de reprendre la mise en scène avec ses comparses. Ils montent de nouveaux numéros mettant en valeur la truculente Nanette Fabray sur « I love Louisa » ou encore le trio avec Astaire, Fabray et Buchanan sur les « Triplets ». C’est certainement l’un des numéros les plus difficile qui soit puisque les trois danseurs sont sur leurs genoux, déguisés en bébé. Ils dansent ensembles, sautent, chantent avec des voix aigus mais ce qui est jouissif à regarder était un cauchemar en répétition. Enfin, le dernier morceau musical à retenir est le « Girl Hunt Ballet » dans lequel Fred Astaire en détéctive parcourt un New York de film noir, inspiré par les nouvelles de Mickey Spillane. La scène du bar est mémorable avec une Cyd Charisse fabuleuse de charme dans sa robe rouge pailletée, une scène de bagarre chorégraphiée au millimètre. Non, Fred Astaire n’a absolument pas vieilli et ses films suivants le prouveront.

Malheureusement pour lui, le genre va s’éteindre peu après et le cinéma ne fera pas beaucoup appel à ses réels talents d’acteur. Cyd Charisse poursuivra un peu sa carrière à la télévision, après avoir retrouvé Minelli pour le sublime Brigadoon. Un Minelli qui n’était pas à l’aise seulement dans ce genre, heureusement, poursuivant sa carrière avec succès jusqu’en 1976. Ces trois légendes du film musical nous laissent ce Tous en Scène en testament, nous faisant passer du rire aux larmes, de l’exaltation à l’inquiétude pendant 111 minutes qui paraissent si courtes que l’on peut revoir le film sans s’en lasser.

Iceman

Réalisé par : Vincente Minelli Avec : Fred Astaire, Cyd Charisse, Oscar Levant, Nanette Fabray, Jack Buchanan

Musique : Arthur Schwartz, Howard Dietz

1 « By Myself » 2 « Shine on Your Shoes » 3 « That’s Entertainment ! » 4 « The Beggars Waltz » 5 « Dancing in the Dark » 6 « You and the Night and the Music » 7 « Something to Remember You By » 8 « High and Low » 9 « I Love Louisa » 10 « New Sun in the Sky » 11 « I Guess I’ll Have to Change My Plan » 12 « Triplets » 13 « Louisiana Hayride » 14 « Girl Hunt Ballet »

Publicités

1 réflexion sur « Cinéma et Musique : Tous en scène de Vincente Minelli (1953) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s