Musique : Tommy February6 – Tommy February6 (2004)

tommyfebruaryDans la musique, le second degré n’est pas très bien vu dans l’hexagone. Pourtant, paradoxalement, nous avons eu des titres légers et amusants en tête des charts. La Japan pop (J-pop) entretient ce paradoxe en misant sur des titres légers et drôles voir même carrément hommage à des genres décriés. Tomoko Wakase dans son projet Tommy February6 est même allée très loin dans le concept.

Tomoko Wakase commence sa carrière de chanteuse dans le groupe Brilliant Green en 1995. Le style est alors pop/rock occidental. Tomoko est l’auteur des chansons caractérisées par un mélange entre anglais et japonais. Ils signent chez Sony et rencontrent un grand succès pour leurs premiers titres. Mais en 2001, après un succès mitigé de leur album Los Angeles, le groupe fait une pause. Cela donne l’occasion à Tomoko de penser à sa carrière solo. Elle s’attèle alors au projet Tommy February6.

Elle est en effet née un 6 février. Tomoko se crée un personnage décallé et Kawai, le tout emballé dans une ambiance synthétique typique des années 80. En effet, l’album est une sorte d’hommage à la synthpop anglaise qui déferla dans le milieu des années 80. Après la période new wave, le genre s’était en effet décliné sur des titres légers et amusants. On pense immanquablement à des groupes comme Wham ou encore « l’écurie » Stock-Aitken-Waterman. L’album s’ouvre sur le titre T.O.M.M.Y. qui met tout de suite dans l’ambiance synthétiseur et boite à rythme. Tom Waterman parlait du fait qu’il reprenait des mélodies typées « boite à musique ». Effectivement l’impression est réelle avec la ritournelle du deuxième titre. Le refrain est simpliste et la succession de paroles en japonais et en anglais absolument pas choquante. Ce titre, choisi comme single, a permis à l’album d’atteindre de fortes ventes. Et les titres s’enchainent avec cette impression d’un retour en arrière dans les années 80. Tous les effets de boite à rythme typiques de l’époque y passent. « Hey Bad Boy » autre single de l’album a un style plus années 90 tout en conservant ce son années 80. Et que dire de « Kiss one more time » avec son clip acidulé où Tomoko joue les poupées intello kawai avec un son de synthé très présent. On trouve même un petit coté Bannanarama dans tout cela

La surprise vient de la reprise de « Can’t take my eyes of you » de Frankie Valli (en 1967) dans un style délicieusement suranné. C’est un véritable voyage dans le temps qui se produit, un voyage que la raison devrait rejeté mais qui fait son effet : un sourire niais sur notre visage. Oui, si l’on prend cet album au premier degré, on peut le trouver ringard, basique et racoleur. Mais si l’on prend cet album au second degré, on prend plaisir à retrouver ces mélodies faciles, ces sons amusants et à tout simplement s’amuser à bouger dessus. Pourquoi intelectualiser ce qui ne doit pas l’être. Tomoko ne voulait surement que cela. Désespérant ?

Peut-être est-ce ce que s’est dit Tomoko Wakase en changeant de registre pour revenir au style pop/rock dans le projet Tommy Heavenly6. C’est encore un succès même si l’originalité n’est plus là. Elle se marie avec le bassiste de Brilliant Green et le groupe se reforme pour un retour au premier plan en 2008.

Iceman

Membres : Tomoko Wakase

1. T.O.M.M.Y 2. EVERYDAY AT THE BUS STOP 3. トミーフェブラッテ、マカロン 4. Bloomin’ ! 5. HEY BAD BOY 6. KISS ONE MORE TIME 7. WHERE ARE YOU ? « MY HERO » 8. WALK AWAY FROM YOU MY BABE 9. 恋は眠らない 10. Can’t take my eyes off of you 11. I’LL BE YOUR ANGEL 12. CANDY POP IN LOVE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s