Musique : Les Happy Days Music Box 2010

happydaysDanyel Gerard et sa radio Music Box conviaient les amateurs de country et de musique sixties du nord de la France à un rassemblement au Parc Saint Paul près de Beauvais. Histozic y était...

C’est dans le cadre du parc Saint Paul, un parc d’attraction dédié à la famille, que se déroulait pendant 3 jours les Happy Days Music Box. Nous n’y étions que pour le dernier jour mais nous avons pu quand même ressentir l’ambiance festive qui y régnait.

Arrivés à l’ouverture et garés près des exposants et participants, nous avons pu prendre le temps de voir la foule des visiteurs arriver. C’est donc un public mature et familial, dont beaucoup arborent Stetson et santiag pour l’occasion. La météo est clémente à part un vent frais qui ne gâchera pas la fête. La tête d’affiche de la journée est Jeane Manson, notre country girl nationale. Rappelons aussi que c’est Danyel Gerard, pionnier du rock’n roll en France et auteur du célebrissime « Butterfly » qui était l’instigateur de cette manifestation. Depuis 1981, il s’occupe d’une radio country en France : Music Box. Et par son action, il essaie de promouvoir à la fois la country et de jeunes artistes français.

Nous n’allons pas nous étendre sur la description du parc, sa grande roue, ses attractions foraines classiques. Rappelons qu’il a été fondé il y a plus de 20 ans par un forain et que justement la première animation du jour sera faite par un abbé des forains. Il s’agit d’une messe gospel avec le groupe Les Checkers, originaire de Limay. Danyel Gerard honore l’office de sa présence. Le chapiteau où a lieu la messe est au 3/4 plein en cette matinée dominicale. Le discours du prêtre est festif, joyeux et bien loin des messes traditionnels même si l’on parle de Dieu, de Jesus… Les textes sont entrecoupés par les chants du choeur gospel constitué de 4 chanteuses et 4 chanteurs. Il y a 4 solistes parmi eux (3 filles et 1 garçon), mais pour ma part je retiendrai surtout la performance des deux solistes noirs du groupe, plus nuancés et profonds. Un bien beau moment de partage que cette heure ensemble qui se termine par la distribution de pain béni…et un rappel pour un groupe qui le mérite bien. Les « hells angels » picards et autres amateurs de Harley, les cowboys et cowgirls, tout le monde se disperse dans le parc pour prendre un bon repas parmi les différents stands. Pas trop de connotation Country dans les repas, heureusement pour nous végétariens, il y a assez avec les tipis et les stands de merchandising country. Nous avons reservé pour le concert de la soirée et l’après midi sera partagé entre danses, artistes et défilés.

Un grand chapiteau abrite une scène et une piste de danse pour la Line Dance et autres danses country. C’est la FFCLD qui patronne cela. Une autre petite scène à l’entrée du site abrite les Westerners, un groupe de musicien français amateurs de country. Avec eux, une troupe de danseur de république tchèque, les Caramella. Voilà déjà de quoi mettre l’ambiance d’entrée et se sentir dépaysé jusqu’à ce croire dans une kermesse du sud des Etats Unis. Des indiens se regroupent pour faire une parade…Ils n’ont d’authentique que les costumes mais qu’importe. Ils sont suivis par des danseurs et autres amateurs de western en costume, comme si un village de l’ouest sauvage venait défiler. Et pour cloturer le défilé, les harley et autres trike arrivent avec Danyel Gerard à leur tête. Les voitures de collection ne défilent pas et restent garées au fond du parc pour se faire admirer, toutes rutilantes sous leurs chromes.

Le grand chapiteau est enfin animé avec des artistes country et quelques danseurs ayant digéré un peu mieux que les autres. Nous assistons à la prestation d’un Johnny Jay endiablé, un artiste anglais qui reprend des classiques des sixties. Il termine son set par un Great balls of fire qui donnera l’occasion au speaker d’expliquer un peu la chanson…que des oreilles chastes n’auraient pas dû écouter. Il est suivi par un New Yorkais amateur de Country et de folk : Ian Kent. Il y a effectivement du Woody Guthrie en lui et un de ses titres fait mouche dans l’audience qui remplit un peu plus la piste de danse. Ailleurs, à l’auberge Rouge, le restaurant local, c’est l’harmoniciste émérite Freddy Dela qui officie accompagné de son compère Mr D’jack, un quasi sosie du regretté Nino Ferrer mais qui ne se contente pas de cela. Un club picard de danse country met l’ambiance sur la piste de danse et donne envie de les rejoindre pour quelques pas.

Mais évidemment, beaucoup attendent la « Star » du jour qui doit chanter dans le petit chapiteau. De concert, il n’y aura point ici pour des problèmes techniques et Jeane Manson est contrainte de jouer dans le chapiteau avec la piste de danse. Ce n’est pas plus mal car il peut contenir plus de monde mais cela perturbe pas mal l’organisation et décale d’autant sa prestation. Prestation que nous ne pourrons pas voir mais qui sera, à n’en pas douter, à la hauteur de l’évènement. Nous sommes donc parti après Eddy Ray Cooper, countryman français. Pas de chichi ici et l’on pouvait croiser les artistes et animateurs de la radio dans la plus grande liberté. Pas de fausse note non plus coté musique avec un éclectisme qui permet de mieux découvrir la country pour qui veut s’y intéresser. Tout ça pour 15 euros la journée….Alors à l’année prochaine ?

et pour les photos de l’évènement : le diaporama

Iceman

PS : faites gaffe à Pilou le canard, il ne pense qu’à draguer tout ce qui passe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s