Musique : Morcheeba + Moonpix Recorder – Paris 2010

morcheebaliveC’est à une sorte de Reunion Tour que nous invitait Morcheeba hier soir, puisque ce premier concert au Bataclan marquait aussi le grand retour de Skye Edwards, la chanteuse originelle de ce groupe mythique du Trip Hop.

Il était 19h lorsque nous avons pris place dans la longue file d’attente qui s’étendait le long du Boulevard Voltaire. Oui, le concert affiche complet, tout comme pour le lendemain. Une foule bigarée, plutôt jeune et branchée, tendance bobo parisien, attendait le grand retour de Morcheeba sur scène, après 2 albums sans Skye Edwards. Le nouvel album, Blood like Lemonade, est sorti cet été et nous avions hâte de voir comment il serait défendu sur scène. Mais en attendant, il nous fallait subir une première partie : Moonpix Recorder. Ok, subir peut paraître sévère pour ce groupe français de rock electro dont la musique n’est pas si désagréable. Mais il reste un gros problème dans ce groupe : le chant. Ainsi ce ne sont rien moins que les deux guitaristes et le clavier qui se succèdent au chant sur des compos parfois non dénuées de charmes mais gachées par des harmonies vocales approximatives et surtout un mauvais accent, un son plaintif à la limite du supportable. Cumuler le peu de talent vocal de trois chanteurs ne remplace jamais le talent d’un vrai frontman charismatique. Et du charisme, le groupe en manque aussi. Bref, les quelques titres du groupe ont semblé éternellement long.

morcheebalive3

Cela a donné au moins l’occasion de trouver une place dans la salle, bien calé dans un coin vers les strapontins. Le Bataclan est un ancien théâtre recyclé en salle de spectacle musicaux essentiellement. La déco est sympathique mais le gros problème est la ventilation. En ce 11 Octobre, il ne faisait pas particulièrement chaud dehors mais la température a vite grimpé à l’intérieur pour dépasser les limites du raisonnable, pire qu’un concert de hard en plein cagnard. A noter qu’au moins le service d’ordre est sympathique.

morcheebalive2

20h50, après le montage des instruments du groupe et les derniers réglages du staff, Morcheeba entre sur scène : les musiciens d’abord avec Ross et Paul Godfrey, ce qui fera un bassiste, un guitariste, un batteur, un DJ, un clavier. Mais la star, la vraie, c’est Skye qui arrive telle une princesse des milles et une nuit, vétue d’une robe rouge à long voiles sur un pantalon noir pailleté. Le groupe commence directement par « The Sea », classique de Big Calm. Ce n’est qu’après que Skye salue le public de sa douce voix riante. Car elle s’amuse sur scène et elle le fait bien ressentir. Elle blague au sujet de sa robe, jouant à la « supergirl », échangeant des « private jokes » avec Ross qui commente à jouer sur sa Telecaster.

Si le groupe commence par des classiques des premiers albums, il a ajouté aussi des titres du dernier. Ainsi, c’est le single « Even Though » qui est entonné, se révèle un titre  un peu faible par rapport au reste. Les bonnes surprises de ce nouvel album viendront plus tard, avec notamment le single « Blood like Lemonade », et le très bon « Beat of the Drum » qui donne l’occasion à Skye de faire chanter le public et aux musiciens de balancer tout le groove qu’ils possèdent. Le public justement est timide. Je me suis demandé s’il y avait tant de fans que cela. J’avais vu précedemment Morcheeba à la première édition de Rock en seine, et le public épars semblait mettre plus d’énergie que maintenant. Ici, peu d’ambiance dans la foule, statique, même lorsque Skye danse sur « Be Yourself » ou « Part of the Process ». Ah, Skye….Quelle voix! Elle n’a pas bougé avec le temps, toujours aussi légère, précise, douce et chaleureuse. Elle est autant parfaite dans les aigus que dans les graves, approchant la perfection des enregistrements studios et tout ça dans la bonne humeur. Elle aura bien mérité son bouquet de fleur et les bonbons offerts par un fan qu’elle offrira à ses enfants.

morcheebalive

C’est un ravissement de l’entendre sur « Blindfold », « World looking in » ,  « Never an easy way » ou encore « I’m the spring » chanté en acoustique avec Ross à la guitare lors du rappel. Un rappel qui dure d’ailleurs et non sans plaisir. Ross justement nous gratifie de très beaux solos ce soir, aussi bien au bottleneck sur sa Gretsch que plus classiquement sur la telecaster. S’il n’y avait eu cette insupportable chaleur de la salle, heureusement absente pour Skye qui s’amuse avec ses voiles sur le ventilo de la scène, le set de Morcheeba aurait été parfait. Le groupe termine évidemment par « Rome Wasn’t build in a day », hit de Fragments of freedom. Skye disparaît la première de scène, tel un mirage, avant que dans un echo de guitare, le reste du groupe fasse de même, Ross quittant la scène en dernier.

Le public quitte la salle, toujours aussi calme, comme s’il était sorti d’un film. Mais alors quel beau film que de retrouver Skye Edwards dans cet océan de douceur…

Iceman

  • The Sea
  • Friction
  • Otherwise
  • Never an Easy Way
  • Even Though
  • Part of the Process
  • Blood Like Lemonade
  • Slow Down
  • Crimson
  • Trigger Hippy
  • Beat of the Drum
  • Blindfold
  • I Am The Spring (Acoustic)
  • Over and Over
  • Be Yourself
  • I Can See Clearly Now (Jimmy Cliff cover)
  • Rome Wasn’t Built In a Day
Publicités

1 réflexion sur « Musique : Morcheeba + Moonpix Recorder – Paris 2010 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s