Géopolitique : Syrie, Secrets et mensonges

Nous entendons beaucoup de choses sur la Syrie où l’horrible Bachar El-Assad utiliserait des armes sur son propre peuple. Une vision bien occidentale ponctuée de mensonges et secrets. S’il est incontestable que le régime syrien est une dictature avec du sang sur les mains, qui peut affirmer que ce serait mieux après une intervention militaire ?

US nuclear waste stored uncapped underwater - ...
US nuclear waste stored uncapped underwater (Photo credit: BlatantWorld.com)

Nous voilà encore, américains comme européens à donner des leçons de « crime contre l’humanité » à d’autres pays. La communauté internationale, mise en demeure d’intervenir par des rebelles syriens dont on ne révèle pas grand chose du passé et des liens, est partagée entre deux choix : L’inaction ou l’intervention. Personne ne parle plus de tractations vers un réglement pacifique du conflit, en dehors des russes et des chinois qui n’apparaissent pas, à nos yeux, comme les pays les plus démocrates du monde. Mais ce serait oublier les mensonges commis lors des récentes « libérations » que sont l’Irak ou la Lybie : Armes de destructions massives fictives, éxécution sans procès des dictateurs, après des années de collusions et de collaboration dans l’espionnage des populations. Et ce serait oublier aussi le marché de l’armement qui est derrière ces conflits. Russes, Chinois, Français, Américains, Anglais…. Tous veulent utiliser les conflits militaires pour vendre des armes aux bélligérants. Le sort des populations n’est qu’un prétexte.

Il y a environ 20 ans, l’OTAN bombardait la Yougoslavie pour « libérer » le Kosovo, faisant fi des résolutions de l’ONU et des massacres commis par les deux camps depuis plusieurs siècles. Ce qui se sait moins, c’est l’utilisation de munitions à l’uranium appauvri, comme en Irak et au Koweit et au Liban lors de la dernière intervention israelienne. Les enquètes de l’ONU n’ont pas été aussi promptes que pour chercher des usines d’armes nucléaires en Iran ou pour trouver des armes chimiques en Syrie. Comme lors du cas de l’utilisation de l’agent orange, made by Monsanto, au Vietnam, aucune procédure pour crime contre l’humanité n’est en cours alors que les résultats sont bien plus durables et meurtriers que les armes chimiques préhistoriques des régime syrien ou irakien. Il ne s’agit pas non plus d’armes touchant l’ennemi mais aussi ceux qui les ont manipulés ou se sont retrouvés exposés à des cibles de ces armes. Les conséquences sont tues et déguisées par les autorités militaires en cancer et leucémies dont les taux se retrouvent anormalement élevés.

Il faut se souvenir aussi des essais nucléaires pratiqués par nos beaux pays occidentaux dans les déserts et en mer. Des soldats américains, français, …. ont été volontairement exposés aux radiations lors de ces essais et ont péris dans d’atroces souffrances. Les populations vivant dans les déserts algériens,où ont eu lieu nos essais nucléaires, étaient ignorées et non répertoriées comme victimes. Toutes ces activités ont été des crimes contre l’humanité pour produire des armes dites dissuasives que l’on refuse aux pays qui ne sont pas vassaux (contrairement au Pakistan, allié des Etats-unis qui en hérita pour faire face au bloc soviétique, à l’Inde qui s’opposa ainsi à l’ennemi pakistanais et à Israel qui n’a jamais confirmé ou infirmé la détention d’armes nucléaires). Ces secrets et mensonges que beaucoup voudraient garants d’une paix durable mondialement, finissent par décrédibiliser toute action diplomatique. Ce n’est pas un hasard si ce sont des pays non alignés ou ne possédant pas de marché de l’armement, qui finissent par agir efficacement dans la diplomatie mondiale. Ce n’est pas non plus un hasard si la diplomatie européenne n’arrive pas à peser face aux pays la composant et qui ont des intérêts opposés.

En attendant, la population syrienne aspirant à la liberté et la paix, se retrouve prisonnière, comme en Egypte et ailleurs, d’intérêts malsains et hypocrites, laissant peu de place à la démocratie et la diplomacie. Le parallèle avec le Kosovo n’est pas innocent, tant les intérêts des différents partis y sont similaires. Mais cette fois, la situation est plus incontrolâble localement avec la présence de mercenaires, de tribus et chefs de guerre et d’une disparité plus large encore entre les minorités et les religions. C’est en ce sens qu’une solution politique doit être trouvée et imposée et non une solution militaire. L’isolement diplomatique de l’Iran n’aidera aucunement et c’est bien à travers des pays neutres que la solution est à chercher.


We hear a lot about Syria where Bachar El-Assad will use horrible weapons on his own people. A western view punctuated by lies and secrets. If It is indisputable that the Syrian regime is a dictatorship with blood on its hands, who can  argue that it would be better after a military intervention?

Here we are again, as Europeans and Americans to give lessons as a « crime against humanity » in other countries. The international community, noticed by Syrian rebels, who we do not know much about the past and links, to give a positive advice to military intervention , is divided between two choices: inaction or action. Nobody speaks of negotiations towards a peaceful settlement of the conflict outside the Russians and Chineses, who do not appear to our eyes as the most democratic countries in the world. But we should not forget the lies perpetrated during the recent « releases » that are Iraq or Libya: fictitious weapons of mass destruction, execution without trial of dictators, after years of collusion and collaboration in spying on people. And don’t forget the weapon market behind these conflicts. Russian, Chinese, French, Americans, English …. All want to use military conflicts to sell weapons to belligerents. The fate of the people is only a pretext.

About 20 years ago, NATO bombed Yugoslavia to « liberate » Kosovo, ignoring UN resolutions and massacres committed by both sides for centuries. What is less known is the use of depleted uranium munitions, as in Iraq and Kuwait and even Lebanon during the last Israeli response. The UN investigations have not been as quick as to seek nuclear weapons plants in Iran or to find chemical weapons in Syria. As in the case of the use of Agent Orange, made by Monsanto, in Vietnam, no proceedings for crimes against humanity is underway while the results are much more durable and murderers than prehistoric chemical weapons of Syrian regime or Iraqi. There is not weapons touching the enemy, but also those who handled them or were left exposed to target of these weapons. The consequences are killed and disguised by the military authorities in cancer and leukemia rates which are found abnormally high.

Depleted Uranium
Depleted Uranium Victim (Photo credit: BAMCorp)

We must also remember the nuclear tests carried out by our beautiful countries in the western deserts or seas, where american, french, … soldiers were deliberately exposed to radiation during the tests and perished in agony. People living in the Algerian desert, where they held our nuclear tests, were ignored and not listed as victims. All these activities were crimes against humanity to produce so-called deterrents that are denied to countries that are not vassals (unlike Pakistan, an ally of the United States who inherited to face the Soviet bloc, India and which opposed the enemy Pakistan and Israel has never confirmed or denied the possession of nuclear weapons). These secrets and lies that many would protect to ensure sustainable peace worldwide,  discredit any diplomatic action. It is no coincidence that these are non aligned countries or having no weapon industry, which eventually act effectively in world diplomacy. It is not a coincidence that European diplomacy fails to exist against the  european countries themselves who have opposing interests.

Meanwhile, the Syrian people aspiring to freedom and peace, finds himself trapped, as in Egypt and elsewhere, by unhealthy and hypocritical interests, leaving so few space to diplomacy and democracy. The parallel with Kosovo is not innocent, as the interests of different parties are similar. But this time, the situation is uncontrollable locally with the presence of mercenaries, tribes and warlords and an even wider with minorities and religions disparity. It is in this sense that a political solution must be found and imposed rather than a military solution. The diplomatic isolation of Iran will not help in any way and that is through neutral countries that solution is to seek.

Publicités

1 réflexion sur « Géopolitique : Syrie, Secrets et mensonges »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s