Musique : Interview de Backspin (2015)

backspin-IIQu’on se le dise, il y a des groupes de Rock en France ! Et notamment à Lyon, avec les sympathiques Backspin, que nous avons rencontré…enfin surtout Merryl !

H : Je crains que certains de nos lecteurs ne vous connaissent pas encore? ( NDB : impossible, même le Dalahilama il nous connait ! ) Mais qui êtes vous ? 
B : Bon, déjà on va se dire « tu » ! Pour nous présenter il suffirait de reprendre un peu ce qu’avait fait Seb en guise de biographie, elle est sympa :
« Il y a des choses qui se font naturellement, presque instinctivement… c’est le cas pour BACKSPIN. Et pourtant rien ne destinait ces 4 musiciens à jouer un jour ensemble : Un alsacien déchainé à la batterie (Julian), un normand possédé à la basse (Merryl), un lyonnais psychopathe à la guitare et au chant (Seb) et un saxophoniste (François) qui a troqué un big band pour un groupe de Rock ! BACKSPIN c’est cette rencontre improbable de 4 univers musicaux, c’est cet adolescent pré-pubère aux hormones capricieuses, cette ménagère schizophrène, ou ce retraité champion de base jump addict à l’adrénaline… Backspin c’est un peu de nous tous, un mélange détonnant et explosif. »

H : Mais c’est quoi ce maquillage ?  fans de kiss refoulés ? Y’avait plus de blanc dans le coffret ?

B : Alors si ! Il y avait du blanc. Mais on avaient peur de passer pour des zèbres et de se faire emmerder par BB ou alpaguer par Chantal Goya pour son prochain spectacle. C’est Anne-So, une cousine de Seb qui nous avait fait la remarque : »Les gars ! il vous faut une image, une identité, quelques chose qui vous collera à la peau (c’est peu dire). » J’avoue ! On a pensé à Kiss (déjà fait), à des déguisements (trop Slipknot), décorer les instruments (trop sapin de Noël). On a réfléchi avant de trouver ça : Plutôt discret, chacun le sien, un petit signe près de l’oeil avec une tenue classe. Nous voilà parti avec notre petite trousse de maquillage à chaque représentation jusqu’au jour où… La sueur a eu raison de notre maquillage : ça coule, ça pique, ça démange, ça va 5 min et puis on gratte, on frotte avec la chemise blanche et c’est la merde ! Voilà notre musicien Kiss transformé en Pierrot tout baveux. On est en train de réfléchir à autre chose.
backspin3
H : Faire du Rock et en chantant en Français ? On vous avait pas prévenu que c’est comme faire de la folk en serbocroate ? 
B : Ca c’est le truc qui pique un peu et c’est ce qui a donné naissance à la petite dernière « C’est Ainsi ». Qui a dit que le Rock était exclusivement réservé aux Brittons ? Ils ont donc le monopole du Rock et nous, Français à la langue honteuse, pauvre et misérable, on devrait baisser la tête, rentrer dans le rang sans faire de vague et chanter en Anglais Parce que c’est à eux ?
90% des gens ne comprennent rien aux chansons de leurs groupes préférés ! C’est pas grave et d’ailleurs j’en fais partie aussi. Mais ces groupes sont américains ou anglais alors pas de soucis de crédibilité. Nous on est français alors pourquoi chanter des « I was ‘gain free tonight » alors qu’on a la chance d’avoir une langue magnifique et en plus la possibilité de se faire comprendre ! Après écrire en anglais quelques chansons n’est pas exclus mais on le fera si on en a envie et certainement pas pour d’autres raisons.
H : Plus sérieusement, vous êtes très dynamiques sur les réseaux sociaux. Vous êtes présents sur Soundcloud, Youtube, et même Instagram. Comment voyez vous cette intégration de l’internet dans votre passion ? 
B : Primordiale, nécessaire, obligatoire, vitale, indispensable, impérative, immanquable, incontournable…. suis-je clair ?
Aujourd’hui (à part si tu t’appelles déjà U2, Muse ou Coldplay), si tu n’as pas, au minimum, un site web, un Facebook et une plate forme d’écoute, ça te sera difficile d’être crédible et tirer ton épingle du jeu. Il faut suivre la technologie et c’est pour tout le monde pareil : Les artistes, les entreprises, les artisans, les restos… Certains nous diront que « ça fait peut-être beaucoup ». Alors, certes ! On nous retrouve sur Google Plus, FaceBook, YouTube, Instagram, Twitter, Deezer ( NDLR : et même soundcloud ! ) mais plus t’arroses et plus tu récoltes. « Lache du grain » me répétait sans arrêt un ami à l’époque où je galérais avec les filles… Il avait raison. Pour la musique, je pense que c’est pareil. On en est à un stade de débutant encore : On n’a pas de label, pas de manager, de tourneurs, on peine à trouver des concerts alors je me dis qu’il y en a bien un qui nous repérera un jour.
Backspin5
H : Ce premier EP, baptisé Carte Chance vous a permis de vous faire connaître (un peu…par nous :p ) ? Maintenant, on attend la suite…
B : Pas vraiment non. Carte Chance est arrivé un peu prématurément dans Backspin. On en a vendu environs 300 exemplaires, pas plus. Le groupe manquait encore de virilité si je puis dire à l’époque (on l’a enregistré en juillet 2013). On ne se connaissait que depuis à peine un an. On avait fait quelques concert mais les chansons qu’on a gravé dessus manquaient assurément de maturité. On est tous d’accord aujourd’hui pour le dire. C’est d’ailleurs pour ça qu’un deuxième EP est en cours de discussion. On est mieux préparé aujourd’hui, largement… même pour un album. Il va nous falloir un clip aussi. C’est dans les cartons.
H : Et Johnny dans tout ça ?
B : On le remercie, comme les autres d’aileurs : Eddy Mitchell, Dick Rivers, Polnareff, Dutronc… C’est eux (parmis tant d’autres) qui ont donné naissance au rock Français et qui ont bercé nos soirées landeaux quand nos parents faisaient la fête. J’ai moi-même commencé la guitare à 16 ans (oui, j’ai joué de la guitare avant la basse) en m’exerçant sur des chansons comme « Les Portes Du Pénis Entier » ou « Quelques choses En Nous De Thé Nestea » …que de souvenirs ! Je pense que c’est le discours qu’auront des groupes français d’aujourd’hui comme Indochine, Dyonisos, Phoenix… Comme un message de gratitude.

Et pour finir, notre choix traditionnel

La chanson que vous écouterez toute votre vie :

  • Julian –> Since I’ve been loving you (Led zep)
  • Seb –> Walk (Foo Fighters)
  • Merryl –> Walk (Pantera)
  • François –> High Hopes (Pink Floyd)

L’artiste que vous avez récemment découvert :

  • Julian –> Royal Blood
  • Seb –> Royal Blood
  • Merryl –> Sexy Sushi

L’album que vous offririez à votre mère :

Pour ma part, Cabrel et pour François, Pink Floyd. Les autres ne répondent pas…
Merci Merryl et à bientôt pour l’Album !

Le site : http://www.backspin-band.com/

Publicités

2 réflexions sur “Musique : Interview de Backspin (2015)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s