Souvenir de Gamer : Cabal (1988)

J’entame ici une rubrique que j’ai esquissé avec SimCity, que je range en « RetroGaming ». En presque retraité du jeu vidéo, et voyant le nombre de remakes en jeux mobiles, je me dis que ça peut avoir une utilité. Le premier jeu chroniqué sera Cabal (rien à voir avec la nouvelle licence d’ESTGames)

Cabal est un jeu d’arcade, c’est à dire installé dans un bar, une salle d’arcade, casino,… Et même dans les fêtes foraines, ce qui ne manquait pas dans les années 80 (il est sorti en 1988). Il fait partie des jeux de tirs comme Operation Wolf par exemple ( mais commandé au joystick et non avec un flingue) avec la particularité que l’on voyait à la fois le viseur mais aussi le personnage qui tire. Tout l’intérêt est là car il faut à la fois tirer mais aussi esquiver les projectiles.

cabal

Mon premier souvenir vient d’une bonne d’arcade croisée lors d’un séjour en Allemagne. Elle tronait fièrement dans un hall d’un batiment où j’avais des cours d’allemand, à coté d’un distributeur de boisson, juste à coté d’une borne de 1942 (qui fera l’objet d’un prochain article). Ce fut très vite l’occasion de se mesurer les uns les autres mais aussi d’y jouer à deux. L’autre intérêt du jeu est d’y jouer en collaboration avec un autre joueur et très vite, on s’organise pour tirer sur une zone de l’écran ou un type d’ennemi. Il y a évidemment les pauvres fantassins qui nous foncent maladroitement dessus en tirant des balles étonnament lentes. Il y a les lanceurs de grenade dont il faut anticiper la trajectoire et shooter avant qu’ils ne tirent. On peut aussi utiliser les grenades en dernier ressort comme dans tout jeu de tir. Et puis il y a les véhicules, transports de troupe, chars au sol, et hélicopteres et avions en l’air.

Je ne suis malheureusement jamais allé assez loin dans le niveau 2 (chaque niveau ayant 4 parties) pour savoir ce qu’il y avait après les avions. Tous ne sont d’ailleurs pas néfastes puisque l’on reçoit des ravitaillements et des améliorations par les airs. Le gros plus du jeu est d’avoir des batiments et des protections qui se détruisent au fil des tirs. Si un ennemi vous tire depuis une fenetre d’une maison, on peut détruire la maison à coup de grenades, roquettes, etc… Les murets et plaques servant de protection pour le joueur sont aussi détruites peu à peu. Et on s’en sort par des roulades au sol et des esquives, sachant qu’on ne peut pas tirer durant ces mouvements. Peu à peu, on trouve des techniques de jeu adaptés, surtout à deux où un joueur peut couvrir l’autre dans une zone. Ce jeu d’apparence peu intellectuel fait finalement fonctionner un peu ce qu’il y a entre les deux oreilles.

En parlant d’oreille, la musique était plutôt addictive et prenante pour ce jeu d’action. C’est bien un ancêtre des jeux de tir à la troisième personne comme Syphon Filter ou Gears of war, par exemple. Je le retrouverai ensuite avec plaisir dans une adaptation Amstrad CPC en 8 bits, le jeu existant sur tous les supports 8bits de l’époque.

La « Replay Value » reste forte aujourd’hui avec l’émulateur MAME. Il faudra investir dans une manette compatible ou deux pour profiter du jeu à deux.

Cabal : 1988 par TAD et Taito, disponible sur Arcade, Amiga, Amstrad CPC, C64, ZX Spectrum, DOS, NES

Publicités

2 réflexions sur “Souvenir de Gamer : Cabal (1988)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s