Souvenir de Gamer : Space Harrier (1985)

Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la tête des programmeurs de Space harrier ? Je me suis souvent posé cette question depuis mes premiers instants passés à voler avec mon gun.

Ok, il faut dire que SEGA nous a sorti le coup de la « Fantasy Zone » pour nous faire accepter ce délire visuel et physique. Déjà un type qui vole sans rien d’autre qu’un fusil, admettons si on est sur autre planète. Mais nous faire croire que les bandes de couleur et les objets qui grossissent font de tout ça un jeu en 3D ? Euh, ….étonnamment à l’époque, ça marchait dans notre petit cerveau de gamer habitué à la 2D. On évitait des rochers, des arbres bizarres, on voyait des sortes de Moai de Rapa Nui nous lancer des boules de feu…et tout ça sans prendre de drogue. Le but était on ne peut plus simple : Tirer sur tout ce qui bouge à travers des niveaux dont seuls les couleurs, les objets et les ennemis changeait, avec un boss à la fin.

spaceharrier
Curieusement, je n’étais pas tombé sur la borne d’arcade lorsqu’elle est apparue en 1985. Je n’ai eu contact avec ce jeu qu’en 1987 avec l’adaptation Amstrad CPC. Une bonne adptation finalement puisque l’essentiel était préservé : La maniabilité et la vitesse. Il fallait véritablement « entrer » dans ce jeu pour sentir ce plaisir de voler, d’esquiver et tirer frénétiquement en appuyant sur le bouton de la manette. Tous les ingrédients d’un autre hit de SEGA était là : Panzer Dragoon. Et on avait droit à la musique d’Hiroshi Miyauchi, celui d’After Burner et Out Run, les stars de l’époque, sortis juste après.

Mon dernier contact avec le jeu reste sur une compil PlayStation 2 (Sega Ages) et c’est là qu’on s’aperçoit de l’age. Habitués aujourd’hui à la 3D, à des graphismes plus fins, voir de gros sprites sur l’écran de la télé gène au départ. Il faut quelques minutes de jeu pour à nouveau retrouver les réflexes, les astuces pour éviter les tirs des ennemis, les failles des boss. Bref, le gamer d’aujourd’hui peut passer totalement à coté, alors que finalement, sur l’écran de son smartphone il se retrouve dans des « reboots » de hits de ces années. La valeur de « replay » est donc mitigée comme pour beaucoup de jeux SEGA de cette époque utilisant cette technique des bandes clignotantes pour donner l’impression de vitesse.

Space Harrier : 1985 par SEGA, disponible sur Arcade, NES, CPC, PC Engine, Amiga, Atari ST, Game Gear, Nintendo 3DS, PS2, Saturn, Dreamcast

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s