Souvenir de Gamer : Serious Sam (2001 à nos jours)

Dans les années 90-2000, les First Person Shooter se succédaient mois après mois sans apporter d’originalité. Et puis un jour, un héros sans peur débarqua de ….Croatie.

Son nom : Serious Sam ! Son arme : le délire et des vagues d’ennemis improbables. Car il faut bien avouer, qu’en dehors de quelques blagues comme dans le mythique Duke Nukem 3D de 1996, le genre restait bien sérieux avec des subdivisions entre battle dans dans arènes ou exploration de labyrinthes avec des ennemis bien scriptés. Si Serious Sam a fait son trou c’est par son approche humoristique et son autodérision, renforcée en France par la voix du doubleur de Bruce Willis qui ponctuait les niveaux.

serioussam
Mais il fallait aussi reconnaître que la CroTeam avait mitonné un sacré bon moteur de jeu, le Serious Engine. On se retrouvait dans un décor plutôt luxuriant pour l’époque (Far Cry fera mieux ensuite, c’est sur…) avec des herbes hautes masquant l’arrivée des ennemis, des arbres qui pouvaient se détruire ou tomber et puis évidemment des labyrinthes dans un décor d’Égypte ancienne. Tout ça n’aurait pas fonctionné sans des ennemis aussi charismatiques qu’idiots, comme les hommes bombe, les terribles tronçonneurs et les taureaux géants. Un peu plus tard, on tombe sur les Scorpions géants puis sur des Mechs dignes des meilleurs films SF avant l’apothéose des Diables et autres monstres géants qui ne parviennent même plus à rentrer dans l’écran. La mise en scène était aussi réussi avec des moments de calme angoissant, des silences entrecoupés par le cri des scorpions au loin ou le bruit des sabots des taureaux.

Si on ajoute que le jeu était vendu un peu moins cher que les autres en France et qu’en plus on pouvait jouer en ligne et en coopération pour le finir, on comprend son succès et son portage ultérieur sur la XBOX et la 360 ainsi que Play Station 2 et 3. Le second épisode, bien que réussi globalement, apportera des niveaux plus « plateforme » qui ne furent pas très réussis. Forcément, il y a lassitude à voir débouler des vagues d’ennemis continuelles dans des salles ou des couloirs, des vagues de crapauds ou de squelettes nous attaquer. Mais quel défouloir !

On oubliera par contre les versions portables sur GBA et mobiles qui sont plus là pour vendre la licence que pour apporter du plaisir au joueur. Mais Serious Sam conserve une place à part dans les FPS. On aime ou on déteste ce concept de défouloir mais on y revient toujours avec plaisir pour une petite partie de massacre à la Gatling.

Serious Sam par CroTeam en 2001, sur Microsoft Windows, OS X, Linux, Palm OS, Xbox, Xbox 360, PlayStation 2, PlayStation 3, GameCube, Game Boy Advance, Android, iOS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s