Musique : Ott – Fairchildren (2015)

ottAttention chef d’oeuvre ! Inutile de préserver le suspens sur cet album du DJ et Producteur anglais Ott..

C’est que notre ami anglais est tombé tout petit dans la musique électronique, bercé au Kraftwerk ou à Neu!…Mais il ne s’est pas arrèté à la froideur du Krautrock ou à la Darkwave qui en découla. Il a aussi trainé ses oreilles du coté de The Orb, le duo anglais et donc aussi de Brian Eno. Plus tard, il aura l’occasion de travailler avec ces modèles et de parfaire son art. DJ et producteur, il a commencé par l’étape remix avant de sortir des expérimentations sonores en 2003 avec « Blumenkraft » puis Skylon en 2008 et Mir en 2011 en autoproduction. Il intègre peu à peu des sonorités plus ethniques. De la trance psychédélique de ses débuts, il s’est orienté vers un son beaucoup plus dub maintenant.

Mais parlons de ce tout nouvel opus sorti sur les plateformes numériques. Si nous avons qualifié cet album de chef d’oeuvre c’est parce qu’il est à la fois riche sans tomber dans l’excès et nous emporte complètement grace à une savante synthèse entre son dub, ambient, world et même big beat. On pense à Dreadzone, à Basement Jaxx et même parfois à Dead Can Dance sur les morceaux les plus atmosphériques. C’est un véritable travail d’orfèvre que d’entendre le travail sur les percussions, les voix sur des morceaux à la fois ambient et groovy. Malgré la longueur (plus de 6 minutes), on ne s’ennuie dans aucun d’eux, Ott nous emmenant dès l’introduction « A gentle place by birth is you » dans son monde. Il réussit l’exploit d’avoir un album cohérent et homogène que l’on peut écouter dans son ensemble avec attention et en même temps que l’on peut butiner distraitement pour quelques minutes de bonheur. Il n’y a qu’à prendre par exemple « The Bicycle of the Sky »…. Il ne faut évidemment ne pas être refractaire à la richesse des sonorités qui empruntent à l’Inde, au Tibet, à l’Amérique du sud et à tant d’autres.

Finalement, on peut penser que Ott. a trouvé son style dans cette alliance équilibrée d’influence et d’univers. Qu’importe le nom qu’on lui donne finalement, l’essentiel est la sensation que cet album apporte à son écoute. Nous vous conseillons vivement une petite cure de Fairchildren!

Iceman

Musiciens : Kim-Andre, Chris Barker, Anomie Belle, Sirqueem Caborne, Eva the Cat, Shane Cotee, Amos Gaynes, Michelle Higgins, Julian Hight, Nick Holden, Valtteri Kekki,
George Kontis, Jordano Martinez, Olivia, Ott, Sam Paech, Paul Poppleton, Eitan Reiter, Tahlee Rouillon, Kobi Toledano, Trowell, Glen Sherlock, Sam Smith Lang, Link Swanson, Matt White

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s