Blog : Coming-out de « mauvais libriste »

Pour ceux qui suivent ce blog, vous avez remarqué qu’il est sur la plateforme wordpress.com, et que ça inclut donc de la publicité et quelques scripts et trackers. De mon coté, ça m’empêche aussi pas mal d’optimisation et de personnalisation, ce qui ne me laisse pas « libre », malgré l’origine de wordpress. Aussi, il y a quelques jours, suite à un commentaire de Gilles, je me disais que je reviendrais probablement à un hébergement, un vrai, idée que j’avais depuis le début d’année, ….

image sekurigi.com
image sekurigi.com

Un peu d’histoire…

Et puis, parallèlement, il y a eu aussi le billet de Frédéric sur le monde du libre, les critiques habituelles que l’on rencontre de la part des barbus du secteur…Autant dire que depuis le début de la semaine, j’ai pas mal cogité, et testé, lu sur l’hébergement. Au tout début de Histozic.fr, j’avais pris un hébergement, un nom de domaine, etc… J’en ai un horrible souvenir, entre autre parce que ça ne s’est pas bien passé avec un hébergeur dont je ne me souviens même plus du nom. Entre attaques DDOS, spam et manque de compétences de l’hébergeur, j’ai laissé tombé un an après pour revenir paisiblement sur Free (j’étais alors en Spip), puis je suis passé en WordPress 2 puis 3.0, qui fonctionnait pas trop mal (pour 32MO de Ram dispo!). Enfin, il y a eu pas mal de coupures, mais dans l’ensemble c’était bien mieux, pour un coût nul. Après, wordpress a évolué et j’ai eu une succession d’arrêts sur histozic et joyeuxvégé qui m’ont décidés à ne plus m’emmerder avec les mises à jour, l’hébergement, le code de fonctions supplémentaires, etc… Oui, j’ai choisi de gagner du temps pour moi, d’être fainéant et de passer sur Worpdress.com. J’ai bien recréé un temps iceblog en pluXML et sur free, mais entre la chasse que fait free sur ce type de produit et les limitations que j’y vois (spam par exemple), j’ai laissé tomber pour revenir créer ChezIceman ici. Finalement, la personnalisation me suffit, je suis toujours à jour, et ça ne me coûte rien. Au total, j’ai 4 entités et j’ai conservé joyeuxvégé sur free car j’ai rajouté/modifié trop de choses que je ne pourrais retrouver ici. A terme, et parce que j’ai du retard sur des écrits  et des activités que j’ai laissés de coté, je ne me consacrerai plus qu’à ce blog, Histozic.fr redevenant hebdozic.wordpress.com en Décembre pour un sommeil de longue durée, Icezine (la variante politique de ce blog) ayant juste un article à paraître, et le reste n’étant plus mis à jour.

A la recherche de l’hébergeur….ou pas?

Non je n'habiterai pas là (clubic.com)
Non je n’habiterai pas là (clubic.com)

Alors, lorsque j’ai cherché un vrai Hébergement, j’ai gardé tout ça en tête en plus de quelques avantages que je pourrais en tirer. Et à lire les forums sur les hébergeurs considérés comme les plus fiables en mutualisé pour un coût raisonnable (selon moi O2Switch, Planethoster et Alwaysdata), j’ai vu aussi que si je pourrais mettre en place d’autres services (gallery, ttrss, ….), ça promettait aussi des heures carrés (oui bon, j’exagère …) pour maintenir ça correctement, l’optimiser, sans compter sur ce qui paraît être ma malchance habituelle, évidemment. Si je ne faisais pas beaucoup d’autres choses, je tenterai le coup, mais dans l’équation, les paramètres temps, compétence à acquérir, malchance, et/ou coût ne me paraissent pas en relation avec le gain que j’en tirerai, si ce n’est pour mon égo. Pas besoin de flux RSS autohébergé (entre framanews et ce que j’utilise sur Android, ça me va), pas besoin de galerie et de partage de photo à grande échelle (Nas+backup d’un coté, partage via blogphoto de l’autre, c’est suffisant), pas besoin de perfectionnement sur un site ou un autre (je me contrefous du SEO, des animations, des plugins sociaux…), pas besoin de cloud, de mail(cf article sur protonmail). Les solutions trouvées ailleurs me suffisent.  Mais il y a quelques années, voir quelques mois, je n’aurai pas dit la même chose, j’aurai pris le temps de faire tout ça moi même. Mais voilà, on vieillit, on voit la vie autrement. Donc, je n’hébergerai pas et désolé pour ceux qui vont devoir subir des bandeaux. Alors c’est vrai que j’ai un paradoxe sur ce sujet. Je hurle quand il y a trop de pub, quand on met des messages sur les bloqueurs de pubs mais je me finance un hébergement gratuit comme ça. Je plaide coupable aujourd’hui, même si je considère qu’avec quelques bonnes pratiques, ça ne reste pas trop intrusif pour le lecteur. Et en même temps, je me demande si je ne vais pas me contenter simplement de la formule payante de wordpress, qui supprime la pub et ouvre un nom de domaine. Un compromis au coût de 36 Euros/an, tout de même (quand un nom de domaine est autour de 12€/an. Ce qui revient à dire que la pub coûte 2Euros/mois)

Paradoxe et culture

Ce paradoxe (on en a tous…) montre aussi autre chose. C’est qu’un individu lambda qui veut mettre en place son site, que ça soit pour une activité commerciale ou une passion, va devoir soit passer du temps à s’approprier l’outil, soit payer un spécialiste, un intermédiaire. Ce dernier peut parfois être un escroc, coûter très cher, mais sans recoupement, le client risque de ne pas s’en apercevoir tout de suite. Il reste donc de nombreuses barrières techniques pour qu’un utilisateur soit autonome à 100% avec tout ça, ou bien il faut accepter quelques contraintes (par exemple, celles de wordpress.com). Si on élargit au monde du logiciel libre, c’est un peu pareil. On considère par exemple à tort que logiciel libre=open source=gratuit. Et de ce fait, on tolère un peu trop d’approximation. Elles sont souvent ergonomiques, les outils manquant trop souvent de finition après pourtant un long développement, mais même dans les outils libres qui ne sont pas gratuits. Et puis il y a les manques de fonctions qui paraissent pourtant élémentaires quand on a un peu de culture de l’informatique et de l’internet. Car un autre paramêtre est en terme de culture. Pour celui qui a fait ses armes très rapidement avec des outils unix/GNUlinux, des habitudes sont prises. Celui qui n’aura connu que windows aura aussi sa manière de voir les choses. Et puis ceux qui sont plus des utilisateurs curieux et ont connu la montée en puissance de l’interface graphique via MacOS, AmigaOS, BeOS, OSX, Windows 3, 95, etc, il y a des chances de voir encore cela autrement avec un oeil plus critique, mais aussi nostalgique. A discuter avec quelques tenants de chaque camps, j’ai l’impression qu’on oublie le recul nécessaire et surtout un point essentiel : La Satisfaction Client.

copyleft moi même....la ghettoisation des consciences est en marche
copyleft moi même….la ghettoisation des consciences est en marche

Ghettoisation

Il se crée un fossé entre une communauté dite « informatique » et ses utilisateurs, si l’on n’y prend pas garde. OK, l’utilisateur peut avoir à s’adapter à un outil, mais  l’outil doit aussi tenir compte d’habitudes, de contraintes physiques, culturelles, etc. Par exemple, on voit cohabiter depuis des lustres les raccourcis clavier, les boutons, les menus textes. Et pourtant, certains de ces trois éléments sont en train de disparaître, souvent parce que l’on cible une clientèle « tactile », par exemple, oubliant alors une part non négligeable des clients. La « liberté » serait pourtant de proposer plusieurs voies pour une même fonction. Le développement web est, en ce moment, une véritable catastrophe ergonomique avec des sites qui sont soit mobiles, soit classiques mais rarement les deux. Au passage, merci Google d’avoir imposer sa dictature n’importe comment, sans recul culturel et historique sur les standards en vigueur (exemple joyeuxvégé a chuté dans le référencement en n’étant pas « responsive » alors qu’il est bien plus utilisable dans les deux cas que beaucoup de sites). Je ne suis pas non plus très fan des installateurs de distribution actuels qui masquent trop de possibilités, ou ne laissent justement pas d’autre liberté que de passer par une série de lignes de commande pour une installation « à la carte ». Je ne suis pas plus fan des modes des boutons de couleur avec initiale dans les mails ou l’historique de firefox, pour ne citer que ça. Des innovations pour certains, mais tirées plus par un hardware ou par la volonté d’aller au plus vite pour le développeur que par le besoin client. J’essaie par ailleurs, de proposer toujours deux accès différents à des articles/items d’un site, plus la recherche, justement pour que chaque habitude trouve une réponse.

A cause de tout cela, je peux dire que je suis un mauvais libriste aux yeux des puristes, mais je l’assume. Si je recherche la simplicité et l’efficacité, ce n’est pas au détriment d’un minimum de confort d’utilisation et de modernité. Sa sainteté  RMS dira qu’il faut faire des compromis sur le confort mais que le libre doit être la priorité. Dans son optique, avec des compétences et une activité professionnelle adéquate, je le comprends mais ce n’est tout simplement pas transposable partout. Par contre, on peut progressivement tendre à plus de liberté, améliorer de manière continue son utilisation et se défaire d’outils privateurs. C’est ainsi que j’ai quitté le giron windows pour 95% (allez rooter un smartphone sans ….), que j’ai structuré différemment mon réseau domestique, mon partage de fichiers, mon backup, revenant à plus de simplicité et que je change petit à petit mes outils sur l’ordiphone qui m’accompagne un peu trop . Un peu comme passer au végétarisme puis au véganisme, il faut procéder par étape, au risque de fortes déconvenues et de revenir finalement à la case départ. Et en même temps, je ne prèche pas non plus pour que tout le monde fasse comme moi. Chacun a ses compétences, sa gestion du temps, ses à-cotés et peut choisir de progresser à son rythme. L’essentiel est plus sur la notion de partage et là je reviens à l’article de Frédéric qui plaide depuis très longtemps pour une mutualisation intelligente des compétences. Il y a trop de barrières, de luttes intestines, de moqueries et de ghettoisation des consciences. Comme il le dit, Ubuntu a le droit de faire sa connerie avec Mir ou Unity, comme d’autres considèrent peut-être que Wayland en est une, ou que Gnome 3 aussi. Rien ne dit qu’ils resteront figés ainsi. Sauf qu’à passer plus de temps à se moquer et critiquer et faire son bricolage dans son coin que de se fédérer, on voit une multiplication de chapelles, comme des sectes dissidentes. Ah, oui, ce billet est une critique, c’est vrai. Mais dans les prochains écrits, j’ai prévu d’aborder les manques que j’ai trouvé dans des outils basiques, en les expliquant, en montrant ce qui se fait de bien sur X produits libres après avoir fait le tour de ce qui est dispo sur les plateformes windows et android. N’ayant pas les compétences en développement (ou alors très limitées), mais étant au plus près d’utilisateurs très divers, j’aime écouter leurs remarques, qui peuvent paraître innoncentes et sont trop souvent balayées par les développeurs. Pourtant c’est souvent du bon sens. Le mauvais libriste que je suis tend à vouloir s’améliorer.

Mais je me méfie surtout de ceux qui se présentent comme trop vertueux. Les extrèmes ne sont jamais bons et conduisent souvent à l’aveuglement. Aussi je me prépare encore ici à subir des assauts verbaux, mais qu’importe. Si ça peut au moins ouvrir quelques yeux à des pratiques d’outils privateurs que l’on pourrait reprendre dans le monde du libre, ou qui sont disséminées dans différents projets, tout autant que pousser des utilisateurs d’outils privateurs à être curieux sur ce qu’ils peuvent faire en même, ça serait déjà bien,.

Publicités

10 réflexions sur « Blog : Coming-out de « mauvais libriste » »

  1. Hello Iceman,

    Je vais p’tet te paraître insistant, mais je t’offre toujours une place sur mon serveur. Et si tu n’en as pas le temps ou la motivation, je peux m’occuper de le configurer. J’ai installé 3 wordpress, en très peu de temps, je peux me faire un quatrième ^^

    Pour le reste, je ne saurais qu’être d’accord avec. Un logiciel répond à un besoin. Si le logiciel libre ne répond pas à ce besoin, c’est logique d’utiliser une solution non libre. Ceci dit, on pourrait arguer qu’il faut à ce moment remettre en cause ce besoin ^^ On pourrait aussi te faire remarquer que toi qui prône le logiciel libre, tu pourrais te permettre quelques efforts (non mais).

    Phigger

    J'aime

    1. En fait, et je conçois que cet article soit confus parfois, c’est plus une absence de besoin qui motive mon refus. A terme, je conserve deux WP. L’un a toujours été sur free, fonctionne très bien en WP3 (en bout de MAJ), est correctement référencé. Et j’ai toujours dit que je le cédais volontiers à qui voulait en faire un fork.
      Le seconde est ici présent et bon nombre d’acteurs apparentés au libre utilise wordpress.com. Je ne vois pas l’intérêt aujourd’hui d’un nom de domaine ou d’une personnalisation. Et si je mettais ce site sur ton serveur, il me faudrait encore rediriger des trucs, transférer des médias, ce qui n’a rien de foncièrement compliqué mais fait encore faire du référencement, des maj de liens à droite à gauche….pour finalement quel gain?

      Donc après, ça aurait pu être pour autre chose que du wordpress, mais là, on touche à des éléments plus personnels sur lesquels je ne compterai que sur moi même. J’ai assez été surpris par les revirements humains avec le temps pour ne pas mettre n’importe quoi n’importe où, avec tout le respect que je te dois.

      Quant aux efforts sur le libre, le vrai, il faut effectivement en faire mais pas toujours à n’importe quel prix. On revoit finalement plus ses besoins et ses usages que ses outils.

      J'aime

      1. « Sauvegardes et automatisation » pour pouvoir switcher d’un serveur à l’autre à peu de frais?
        ansible, ssh, rsync, etc…
        Soyons tous devops! 😉

        Sinon, OVH propose des VPS CentOS ou Debian à 4 euros par mois il me semble…
        Et là tu auras complètement la main.

        Et si un jour tu as le courage d’utiliser ansible (investissement extrêmement payant), tu pourras installer un wordpress en un temps record (un ligne de commande + le temps d’un café).
        Exemple d’entrée en matière: https://github.com/darthwade/ansible-role-wordpress-apache/blob/master/README.md

        J'aime

      2. Ovh, j’ai donné…. Hum, no Way. Et installer un wp ne m’a jamais posé de problème. Mais le temps, c’est plus après, entre transfert des médias, personnalisation, re-referencement et redirextion, pour finalement quoi…C’est juste qu’aujourd’hui le jeu n’en vaut plus la chandelle, pour moi. Ces 4 euros seront plus utiles pour une association de protection animale;-)

        J'aime

  2. « Je ne vois pas l’intérêt aujourd’hui d’un nom de domaine »
    « ce qui n’a rien de foncièrement compliqué mais fait encore faire du référencement, des maj de liens à droite à gauche »
    C’est justement à ça que sert un nom de domaine…
    La reputation est le bien le plus précieux sur internet et le plus difficile à acquérir. Elle doit être lié à une identité et dans l’espace numérique actuel les noms de domaines sont les principaux vecteurs d’identité.

    J'aime

    1. « La reputation est le bien le plus précieux » … Mon égo est finalement peu important pour que cela soit trop précieux. Et le sous domaine ici présent suffira à mon bonheur

      J'aime

  3. tl;dr: il faut arrêter le complexe d’infériorité, même si le voyage dans ce mode de pensée est instructif.

    Tous ces articles où il y aurait soi-disant une élite de libristes qui taperaient sur les autres ne sont que des fantasmes de personnes qui n’ont pas des compétences techniques élevées, qui confondent simplement des commentaires de trolls qui n’ont pas vraiment plus de compétences, avec ceux de cette élite.
    RMS ne s’adresse pas aux gens qui n’ont aucun bagage technique, car pour comprendre même la GPL, il faut un minimum de bagage et d’expérience.
    Les libristes qui ont ce bagage, ne perdent pas leur temps avec les trolls, et je n’en connais aucun qui traiterait qui que ce soit de « mauvais libriste », parce que ce terme n’a aucun sens. Seuls ceux qui n’ont pas le bagage technique se voient comme « mauvais libriste » et imaginent que ceux qui l’ont les voient ainsi, alors qu’il n’en est rien. Même RMS ne conseille pas de tout lâcher et de se lancer systématiquement dans du non-libre, mais simplement d’essayer de développer les alternatives libres. Et c’est exactement ce qu’il a toujours fait.
    L’informatique est un outil, le libriste souhaite simplement que cela le reste et que l’outil s’adapte à l’utilisateur, et pas l’inverse.
    Ce qui est systématiquement ce qui se passe avec les outils non-libres.
    Les plates-formes d’hébergement, c’est encore un autre problème qui n’a rien à voir avec le Logiciel Libre.
    Et c’est là un des problèmes du manque de bagage technique : on confond tout, entre Logiciel Libre, standard ouvert, protocole ouvert, plate-forme d’hébergement…
    Vous avez pris de sages décisions et n’êtes en rien un « mauvais libriste ».

    Aimé par 1 personne

  4. Merci bien, une fois de plus, Iceman ! Le libre est accessible à des personnes qui ont encore les neurones frais et qui choisissent d’y passer du temps. Ce qui n’est pas mon cas. Les techniques de méditation aident à dissoudre les frustrations et les colères. Mais même la méditation ne suffit pas. Alors vive la facilité … de temps à autre.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s