BD : Requiem blanc de Legrand et Rochette (1987)

J’aime bien revenir sur des BD de science fiction d’il y a plus de 20 ans. Elles ont un charme particulier, et devienne parfois presque uchroniques à la place de l’anticipation qu’elles proposaient.

C’est le cas de ce Requiem Blanc sorti d’abord en 1987 puis réédité et augmentée en 2014. A cette occasion, l’éditeur a intégré des planches originelles qui tiennent de la peinture, ainsi que des colorisations de planches en noir et blanc. Mais venons en à l’histoire : « Octobre 2024. Entre le parti de la Légitimité Blanche et l’organisation terroriste de l’Hydre, une menace imprécise pèse sur le monde. Le journaliste Malcolm Lean, mandaté par les États-Unis d’Afrique, enquête dans le Zurich dépeuplé d’un vingt et unième siècle aseptisé…« . On connaît Jean-marc Rochette et Benjamin Legrand pour une autre série futuriste : Le Transperceneige, qui a eu droit à une fameuse adaptation cinéma. Déjà, l’avenir de la terre n’était guerre optimiste. Mais ici, on peut difficilement faire autrement que regarder la situation de l’Europe actuelle, la montée des extrémismes et le déclin économique, accompagné par la toute puissance des milieux financiers. Le récit paraît alors presque une anticipation de notre futur bien réel…. avec quelques nuances géo-stratégiques.

requiemblancLe dessin est plutôt agréable, fin, précis dans ses nuances. Toutefois, le récit est lent et les scènes d’actions manquent totalement de dynamisme. Le héros, Malcolm Lean semble à l’aune du lecteur, dans une contemplation froide de ce futur pré-apocalyptique. Des thèmes innatendus comme la génétique, pointent le bout de leur nez, tandis que l’utilisation d’internet et des réseaux informatiques est évidemment absente. Cela date alors un peu plus ce récit qui paraît dans une branche parallèle à notre futur. La richesse apparente de l’univers permettrait même d’envisager des suites, ou un « update » plus conséquent que celui qui a été fait par l’éditeur. Peut-on alors considérer cet ouvrage d’une centaine de pages comme un classique de la BD d’anticipation ? Je n’en suis pas sûr, même si les thèmes abordés m’ont passionné. J’aurais aimé plus de développement sur les lobbies et implications des unions d’états, plus de développement sur le héros (dont on esquisse le passé), et sur un des personnages au nom amusant aujourd’hui : Siri.

Une curiosité de lecture donc, que les passionnés du genre apprécieront.

Publicités

1 réflexion sur « BD : Requiem blanc de Legrand et Rochette (1987) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s