Pause Poésie : Un Gamin

(une autre nouvelle rubrique qui commence par un texte d’il y a 15 ans) 

Je me souviens d’un gamin
C’était un souvenir lointain
Qui ressurgit aujourd’hui
Qu’on croyait perdu dans l’oubli

Un gamin qu’on disait différent
Un gosse comme il y en a tant
C’était celui qui n’était pas beau
Qu’on poussait dans le dos

C’était un enfant unique
Peut-être trop protégé chez lui
Mais agressé par les cyniques
Qui s’en amusaient jour et nuit

Je me souviens de tous les autres
Ceux qui martyrisaient les faibles
Ceux qui sont peut-être vôtre
Et qui seront un jour faible

Aura-t-on pour eux plus de pitié
Qu’ils n’en ont eu avec l’autre
Celui qu’ils ont oublié
Mais qui pourrait être nôtre

Les poussera-t-on aussi
Leur crachera-t-on au visage
Seront-ils ceux qu’on humilie
Comme ils l’ont fait à cet age

Je me souviens de ce gamin
Il aurait pu être moi
Il aurait pu être mien
Je ne te ferais pas ça, à toi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s