Informatique, des années 80 à nos jours : 1998 – 2000

Dans le dernier article, nous en étions restés à l’arrivée de l’overclocking, des cartes 3D et l’age d’or de la bidouille PC.

1998…Ma carte mère de Pentium étant en bout de course, je lorgne vers le nouvel arrivant : AMD et son tout nouveau K6. Après cette aventure avec le processeur 3D Rendition et l’overclocking, je cherchais comment upgrader encore ma machine à bas coût (c’est ça le problème de l’étudiant). Tout le monde parlait de deux marques de processeurs : Cyrix et AMD. Le premier eut une brève gloire avec les 6×86 mais qui étaient vraiment trop limités pour les jeux. Le second aura le destin qu’on lui connaît et se fit une place avec les K5 et K6. Le K6 a marqué un grand pas car il permettait de prolonger la vie du Socket 7 des Pentium, d’utiliser de l’EDO et d’avoir des performances qui approchaient un peu de la nouvelle gamme Intel : les pentium II. Il disposait des instructions 3DNow (une sorte de MMX sauce AMD….surtout du marketing), qui améliorait la situation pour les jeux par rapport au K5/Cyrix. Ma carte mère avait beau être évolutive, il y avait des limites La promesse est d’en avoir plus pour le même prix et avec mes maigres moyens, je vais m’offrir le K6-300. A l’époque, le 300 voulait encore dire 300MHz avant que le marketing n’annonce des chiffres farfelus. Mais les 300MHz n’étaient pas vraiment des chevaux de course, mais des poneys de compet qui, bien dressés, pouvaient envoyer du paté dans certaines circonstances. Evidemment, la faiblesse était coté 3D, calcul en virgule flottante, donc en jeu. Comme je n’étais pas bien riche, je voulais récupérer la mémoire de mon précédent PC et donc j’ai cherché une carte mère pouvant accepter deux types : EDO et SD. J’en avais repéré une, d’une marque bien connue et me voilà parti rue Montgalet dans un magasin qui deviendra mon repère pour quelques années. Pas de chance, il n’y a pas mon modèle, nulle part dans la rue. Mais on me propose le même produit badgé Elite….Hum, j’en vois déjà sourire à l’évocation de ce nom, la marque devenant ensuite ECS. C’était le low cost du secteur, la plaie des SAV….Et pourtant cette carte mère tiendra le coup jusqu’au bout. Ce qui m’a fait le plus de misère, ce sont les pilotes du chipset VIA, d’aussi sinistre mémoire.

Cette machine de folie, accompagnée par un disque dur de 4Go me permettra alors de passer enfin à Windows 98 SE, dans de bonnes conditions. Ce windows était ce qu’aurait du être le 95, la stabilité en plus. Il supportait surtout un nouveau standard de périphérique, les périphériques USB popularisés par l’IMac d’Apple. Dehors le vieux scanner en port parallèle, la vieille imprimante à jet d’encre sur ce même port. Mais s’il y a 4 prises usb sur une carte mère, c’est le bout du monde. On n’imagine pas avoir besoin de plus. Je n’ai pas encore d’appareil photo numérique, quand on en est encore au VGA ou au mieux au megapixel…Et évidemment, le PC n’est toujours pas connecté et pourtant Internet commence à faire parler de lui pour la diffusion des pilotes de matériels, de mises à jour de logiciels, mais aussi de contenu d’information. Ah les fameuses autoroutes !

Me voilà donc en quête du graal : Le Modem. Ce sera un US Robotics, dans sa magnifique livrée marron sombre et son bruit si caractéristique. A cette époque, on peut émuler le minitel, envoyer des fax, faire le répondeur mais l’utilisation d’un modem bloque la ligne de téléphone fixe. Je ne testerai pas les BBS, pour Bulletin Board System, dont on parle encore sur les magazines spécialisés, car l’objectif est d’avoir Internet. Sauf que ça coute cher, entre l’abonnement à un fournisseur, le tarif de la communication, et … ce pc qui est quand même juste pour l’interpréteur HTML qu’on appelle déjà navigateur. Comme d’autres, j’attendrais d’avoir un CD AOL pour me lancer là dessus, mais c’est une autre histoire….

A cette époque j’ai récupéré pas mal de matériel, mis une carte SCSI (l’ancêtre du Firewire, lui même ancêtre de plus grand chose…) pour utiliser des disques durs d’anciennes stations de calcul, dont un extraordinaire IBM 1Go audio vidéo conçu pour le direct to disc, le must de l’époque. Oui, ça fait rire aujourd’hui et j’avais même de vieux disques double hauteur qui pesaient le poids d’une brique. J’ai réussi à tout revendre ensuite…C’était l’époque où je montais des PC pour les copains, les amis, puis les collègues, avec à la clé la joie d’être connu dans une ou deux boutiques de Montgalet. J’ai testé pas mal de trucs, bien foireux parfois… J’ai monté une carte Yamaha pour améliorer l’utilisation du MIDI sur ce PC, la DB50XG. Là encore, cette époque semble loin et la valse des cartes graphiques a commencé à être plus frénétique. C’est aussi à ce moment que je suis reparti sur le jeu sur console, intéressé par la fameuse PSX, ou Playstation de Sony.

A un moment, il était temps d’en finir avec les restes de ce premier PC pour repartir sur des bases saines. Le Pentium III prenait la succession du Pentium II que j’avais trahi pour AMD. Ce sera mon prochain PC avec le prochain Windows : 2000 ! Et tant qu’à faire, je changerai enfin tout : Boitier, écran, clavier, et même la souris. Pour ça, il faudra que j’attende l’arrivée du Chipset 440BX de chez Intel, et ce processeur comprenait une révolution : Le Slot 1, au lieu du Socket habituel. Bon, AMD aura aussi son slot et tout le monde reviendra ensuite au Socket avec le radiateur et le ventilateur au dessus. A cette époque, on était dans le refroidissement passif ou modérément actif (un petit ventirad), dans des températures raisonnables, malgré l’overclocking dont j’ai parlé. Et pourtant, j’avais pris une bonne carte mère, l’Asus P3BX , qui facilitait tout ça. Mais par la faute d’une sonde de température foireuse, il faudra que je déconnecte la surveillance de température ce qui ne m’empèchera pas de « customiser » un peu le refroidissement avec des pièces made in japan bien moins pratiques à installer que ce qu’on a actuellement. Ce petit PIII 450MHz gravé en 250nm (ça calme…) ira titiller ses limites. J’aurais pu prendre une carte Abit, marque disparue qui avait alors la faveur des overclockeurs. Mais l’abandon des cavaliers pour régler les fréquences et voltages  au profit de menu de bios ,avait déjà rebattu les cartes….. mères.

Si windows 2000 ira bientôt faire mon bonheur, c’est bien sur un Windows 98 que je vais continuer avec les instabilités qui vont avec. Et pour accompagner tout ça, la carte graphique sera un truc un peu bizarre : La All in Wonder 128 d’ATI, une carte qui permettait à la fois l’acquisition vidéo, le Tuner TV et évidemment le jeu. Avantage, je pouvais brancher la console PSX sur l’entrée vidéo et enregistrer des vidéos, tout en regardant aussi les émissions de TV. Un vrai couteau-suisse multimédia mais pas le top en matière de jeu, évidemment. Ce petit PC dans sa tour Midi sera aussi celui qui connaîtra la révolution de l’ADSL, du haut débit, du MP3 etc…Autant dire que mon utilisation allait évoluer vers le traitement sonore plus que la 3D, un peu moins de jeu à force d’utiliser la console, mais aussi parce que le jeu connecté n’était pas encore très mûre. Steam n’existait pas et les serveurs n’étaient pas prévus par les éditeurs, mais surtout l’ADSL était balbutiant. Tout ira très vite, pourtant et le jeu entre copains chez soi se fera bientôt à distance, avec aussi cette petite émulation dans le tuning. En attendant, les fichiers s’échangeaient encore avec des disques durs portables (en USB) mais surtout en rack, parce que c’était plus rapide. Hadopi n’existait pas mais les films et musiques s’échangeaient comme avant les disquettes dans la cour d’école.

Le chipset BX était bien plus stable que le chipset Via de l’AMD K6 mais c’est là que je vais découvrir l’influence du filtrage électrique sur l’alimentation d’un PC, et donc la qualité des alimentations. Un Onduleur accompagnera bientôt cette jolie installation, de quoi faire tourner les téléchargements pendant des heures sans risque. Mais pour sauvegarder tout ça, le graveur n’était pas encore généralisé. Les disquettes et leurs ridicules 1,44Mo ne convenaient plus. Voilà pourquoi j’ai investi dans un lecteur ZIP de 100Mo par disquette. Le matériel était transportable et suffisamment robuste. Apple en équipa même quelques mac. Le Jazz d’1 Go de la même marque (iOmega).

Parallèlement à cela, je vais récupérer un Mac Performa 5320, cette fameuse série d’ordinateur monoblocs qui tournait encore en Mac OS 7 ou 8. Non connecté, sans imprimante, avec pour seul support un lecteur de disquette et un lecteur CD, il montrait ce que j’aurais pu acheter à la place de mon premier PC 5 ans plus tôt. A l’époque, la carte mère était facilement accessible, glissant sur un rail pour accéder à la mémoire ou au disque dur. Le Power PC 603 à 120MHz crachait ses tripes pour un affichage en 800×600 sur le 15″. Et cette machine tourne encore 22 ans après, sans broncher. On pouvait juste reprocher la protection du firmware des disques durs montés dessus. J’ai testé les OS 7 et 8 de l’époque, qui n’étaient pas gênés par le plug and play évidemment. Mais sans USB, sans support de sortie en dehors du ZIP, cette machine était condamnée à brève échéance.

Il ne restait que l’arrivée de l’ADSL pour parfaire les choses et rentrer dans l’ère des ordinateurs connectés. Car Windows 98 était bien pauvre encore. Windows 2000 était pensé encore pour l’entreprise et pas forcément pour l’internet 24h/24. Le grand public devra subir Windows Millenium edition (Me), le vrai bug de l’an 2000 chez Microsoft. En effet c’était l’angoisse des possesseurs d’ordinateurs à l’époque. Une supercherie surtout pour vendre plus de machines et de services car le parc se renouvelait déjà suffisamment rapidement. Le 1er Janvier, il y en a qui ont sablé le champagne, ça c’est sûr. Mais le Windows 2000 sorti  cette année là fut vraiment un bon cru, qui donnera naissance à XP…. Mais ça, c’est dans la suite.

Publicités

7 réflexions sur « Informatique, des années 80 à nos jours : 1998 – 2000 »

  1. Rien que l’évocation de Via m’a fait penser à ces saloperies (oups !) de pilotes 4in1 qui tendaient à provoquer des BSOD sous MS-Windows 98/98Se.

    Je n’ai pas connu le K6-2, mais le Celeron à la même époque. Un modèle à 333 Mhz, sur lequel j’avais fini le premier Unreal, avec l’aide d’une 3dfx 🙂

    J’ai aussi échappé à cette ignominie de Windows Millenium. J’avais acheté une licence de Win2000 avec un disque dur. Un de mes Windows préféré, car s’il avait la même interface graphique que Millenium, côté stabilité, c’était le jour et la nuit.

    C’est prévu pour quand la prochain dose de matraque étiquettée nostalgie ?

    Aimé par 2 people

  2. Que de souvenir.
    Quand a moi j aurai pu evoquer , la fameuse raie manta verte de wanadoo + le chipset Via KT133 avec les problemes de port USB insuffisamment alimemté.

    J ai toujours un PC a base de Pentium II , 128 Mo de ram, avec carte Voodoo II 3DFX, ca fait au moins 2 ans que je l ai pas demarré. J y avais installé une carte reseau pour aller sur Internet avec.
    Ici on le voit en action avec BeOS

    D autres videos sont dispo avec ce PC

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s