BD : L’Or et le sang de Defrance, Nury, Bedouel et Merwan (2009)

C’est un peu au hasard que j’ai lu cette BD à cause de son sujet. Elle parle en effet d’un conflit oublié des années 20, la guerre du Rif.

Son titre m’avait intrigué avec sa couverture. Ca me faisait penser à l’Or noir, film de Jean-Jacques Annaud de 2011. J’avais tout faux, à la lecture du 4ème de couverture de l’intégrale réunissant les 4 tomes. Il s’agit de l’aventure de deux camarades de tranchées de la guerre de 14-18 qui vont partir à l’aventure et se retrouver dans ce conflit de libération coloniale du nord du Maroc. A cette époque, ce sont les espagnols qui dominent la région, avant que les français ne leur prêtent main forte avec Liautey et … Pétain qui y commettront un crime contre l’humanité. Face à eux, nous avons Adb-el-krim, ou Abdelkrim al-Khattabi dont la vie mériterait bien un biopic, d’ailleurs. C’est une des grandes figures historique de la décolonisation, notamment en Afrique du nord, et si on rencontre parfois les prénoms Nasser et Abdelkrim, ce n’est pas un hasard.

Mais revenons à notre bande dessinée. Elle est l’oeuvre de 4 auteurs : 2 scénaristes avec Maurin Defrance et Fabien Nury, et deux dessinateurs avec Fabien Bedouel et Merwan. Ils nous emmènent donc suivre deux aventuriers : Calixte de Prampéand et Léon Matilo. L’un est aristocrate et jeune lieutenant rebelle. L’autre est un truand corse vivant à Marseille et essayant d’échapper à la pègre. Leur amitié sera scellée dans les tranchées et dans l’horreur de la guerre. Le premier tome est d’ailleurs consacré à ce thème avec du mouvement, de l’action dans un dessin qui ne m’a pourtant pas toujours plus. Peut-être un manque d’homogénéité …. sans parler du style, qui est toujours une affaire de goût. Pour ce qui est de la promesse d’en savoir plus sur le conflit du Rif, il faut attendre le deuxième tome.

Et là, il y a des libertés avec la réalité historique. Rien de grave, puisque l’essentiel y est, concernant l’espionnage, les trahisons, les guerres de tribu et la mise en place d’un sultanat qui deviendra ensuite le royaume du Maroc que l’on connaît aujourd’hui…. Cette BD n’est pas non plus un livre d’histoire. Mais elle a le mérite d’être un bon récit d’aventure, où les héros ne sont pas forcément sympathiques. Elle remet en lumière une période oubliée et elle tient en haleine le lecteur. C’est donc pour cela que j’en parle, sans être complètement convaincu.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.