BD : The Jam – urban adventure de Bernie Mireault (1985)

1985, Montréal… Un certain Bernie E. Mireault publie les premiers exemplaires de The Jam…. elle changera x fois d’éditeur mais est un marqueur dans le petit monde de la BD indépendante nord-américaine.

Mireault (BEM pour sa signature) nous propose de suivre Gordon Kirby, un antihéros qui se prend pour un superhéros. C’est l’américain/canadien moyen qui essaye de faire justice et bien pour meubler sa petite vie. Chaque volume comprend des suites de petites histoires, en noir et blanc dans un style très symbolique de la BD indé US. Bien que le sujet s’en rapproche, nous ne sommes pas dans un trait caractéristique des Marvel ou DC Comics, et pas plus encore que l’histoire, Kirby n’ayant aucun superpouvoir.

Alors pourquoi cette aura « underground » sur une oeuvre qu’il est très difficile de trouver ? Je me suis posé la question quand j’ai entendu parler de cela et que j’ai mis la main sur des copies non officielles. Il y a effectivement un graphisme très intéressant et qu’on va retrouver dans les années 80-90 chez d’autres figures de la BD US. L’histoire de l’antihéros est un gimmick habituel depuis bien des années mais ici il est vraiment bien ancré dans une réalité sociale. Tout le long de ces histoires, on retrouve des hommages cachés à des superhéros. Mireault a beaucoup travaillé comme coloriste sur diverses séries mais il connaît bien son sujet déjà à cette époque. Kirby n’est pas un « birdman » comme le film récent. Il a un coté Rorschach, des Watchmen, effectivement, dont la parenté ne peut être niée. J’ai plus de mal à voir le lien que trouvent certains avec Mike Mignola (Hellboy). Le coté sombre de la ville peut faire penser à Sin City de Frank Miller mais le dessin  m’a rapproché du Dahmer de Derf Backderf. Il y a cette même ambiance de banlieue US et de quartiers middleclass ou pauvres.

Reste qu’avec le passage par x éditeurs, il est compliqué de suivre les aventures de notre anti-héros, et déjà de réunir les volumes. Une curiosité dans l’histoire de la BD US et indépendante qu’il n’est pas inintéressant de connaître. Mireault a continué ensuite comme coloriste pour d’autres séries dont il n’était plus l’auteur. Un comble pour quelqu’un qui a commencé par sortir son oeuvre en noir et blanc. Il est aussi l’auteur de Dr Robot.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s