Géopolitique : Les Conflits oubliés 2017

J’avais traité par le passé de quelques conflits oubliés. Mais cette année 2017 n’en manque pas, quand nous sommes focalisés sur le Moyen Orient et la Corée du nord, ou … notre petite personne.

(les symboles (*) vous renvoient vers des actualités récentes)

 

(source wikipedia) … et il en manque

Afrique 

Entre la corne de l’Afrique et la Région des Grands lacs, les conflits ne manquent pas, mais n’intéressent que peu de monde, alors que nous en sommes souvent la source. A commencer par la guerre en Somalie(*), depuis 25 ans, sur fond de possession des gisements et qui cause 6000 morts chaque année. Le Nigeria (*) est aussi oublié, même lorsqu’on parle des enlèvements et meurtres de Boko Haram. Avec la désertification et les gisements, sur fond de rivalités ethniques et religieuses, l’appât du gain cause la mort de près de 2000 morts annuels. Le Darfour continue à être une zone de conflit au Soudan(*), même si les stars ont détourné les yeux des 2000 morts annuels. Et toujours au Soudan, il ne faut pas oublier la rivalité lié au pétrole pour le Sud Soudan qui fait 6000 morts en plus. On oublie totalement les exactions de Boko Haram au Cameroun(*), au Tchad(*) et au Niger de même que la continuité de la guerre civile en Lybie, dont on parle épisodiquement. Là encore, ce sont 3000 morts  qui payent notre appât du gain. La guerre se poursuit au Burundi (*)dans le Kivu pour que nous puissions avoir des smartphones qui fonctionnent à l’aide des minerais présents dans le sous-sol : 600 morts/an. Au  Mozambique(*), on croyait la guerre civile, opposant le ReNaMo, à l’état terminée. Mais c’est reparti en 2014 avec une centaine de morts par an. En République Démocratique du Congo(*), le sud est en proie à des luttes ethniques et à de l’esclavage; tandis que le conflit au Burundi déborde sur le territoire et qu’une insurrection persistante dure depuis 22 ans sur fond d’exploitation des ressources minières. Depuis 2003, la République Centrafricaine (*)est en proie à une guerre civile meurtrière.Les 600 morts de 2016 ne sont qu’une brève accalmie. Au Congo(*), ce sont aussi 100 morts dans la guerre du Pool, province du sud est du pays. En Angola(*), le conflit du Cabinda, une enclave riche en pétrole, dure depuis 1976 et continue de tuer près d’une centaine de personnes par an. Au Sénégal, c’est la Casamance qui reste fragile avec des dissensions religieuses et ethniques. Le conflit entre Erithrée et Ethiopie(*) continue encore . Au Mali et jusqu’au sud de la Tunisie, de l’Algérie, on a des actes terroristes et des rébelions touaregs causant quelques centaines de morts. Au Sud du Maroc, le contrôle du Sahara Occidental reste un conflit latent.

Moyen Orient

L’Irak continue d’être l’un des conflits les plus meurtriers avec sa guerre civile et contre le terrorisme qui fait 24000 morts par an. La Syrie égrenne ses morts avec 60000 estimés en 2016, là aussi entre terrorisme et guerre civile. La Guerre civile au Yemen est sous influence extérieure depuis longtemps, avec 16000 morts en 2016. Difficile de faire la part des choses pour le Kurdistan, déjà partagé entre Turquie, Syie,  Iran et Irak. Le conflit israelo-palestinien en serait presque oublié, avec des effets de bord au Liban pour une centaine de morts. Le Sinai égyptien(*) est aussi le théatre d’un conflit depuis la chute de Mubarak, sur fond de terrorisme et de rivalités tribales anciennes, soit près de 1500 morts par an.

Asie

Si on entend parler de la Corée du nord et des conflits en Mer de Chine (impliquant Philippines, Vietnam, Brunei, Chine, Malaisie), il y a d’autres conflits latents ou anciens dans le plus grand continent. A commencer par l’Afghanistan, dont on parle moins depuis la disparition de Ben Laden. Les Talibans sont plus que jamais présents et la drogue joue aussi un rôle conséquent dans ce conflit qui fait 24000 morts par an. Mais personne ne parle du conflit au Balochistan(*) entre Iran et Pakistan, mais un peu plus du Cachemire entre Inde et Pakistan, soient près de 800 morts par an. Le Myanmar est aussi touché par des conflits ethniques et religieux qui touchent aussi l’Inde aujourd’hui avec plus de 600 morts par an, si on compte aussi les révoltes maoistes au nord. La Thailande reste une destination de carte postale mais aussi en proie à un mouvement séparatiste dans la région de Pattani, qui fait plus de 100 morts par an. Aux Philippines, le pays est confronté à plusieurs rébellions, comme les muslmans de la région du Mindanao ou les communistes de l’île de Samar, ce qui cause plus de 600 morts par an. En Arménie et Azerbaijan au Haut-Karabakh ce sont encore près de 400 morts. Dans le Caucase russe c’est la résurgence du conflit Tchétchène qui continue comme en Ossétie ou Ingouchie avec plus de 200 morts par an, sur fond de religion. Au Bengladesh, ce sont des conflits religieux et ethniques qui causent 150 morts par an.  En Chine, les Ouighour continuent de se révolter au Xinjiang(*), ainsi que les tibétains dans les provinces du sud dans lesquelles le Tibet est divisé. Il faut aussi noter le conflit territorial des îles Senkaku avec le Japon(*). La blessure de la perte de Taïwan n’est pas non plus refermée, loin de là.

Amérique du Sud

Le Venezuela est en quasi guerre civile (avec quelques influences extérieures, sans doute, le pays étant un grand producteur pétrolier) avec un niveau de criminalité conséquent. Mais la Colombie n’a pas encore tourné la page de la guerre civile avec encore 100 morts par an, sur fond de drogue. Au Pérou(*), la guerre civile avec le sentier lumineux continue de faire quelques morts.

Amérique centrale

La Guerre Civile au Mexique, liée à la drogue a fait 12000 morts en 2016, soit une estimation de plus de 100000 morts, depuis 2006.

Arctique

Des conflits teritoriaux liés à l’exploitation des gisements offshore se sont faits jour avec la fonte de la calotte glaciaire, surtout entre Russie(*) et USA, mais aussi Norvège et Canada.

Europe

Le conflit continue en Ukraine dans le Donbass, et la Crimée russe n’est pas reconnue internationalement à l’unanimité.

Si les conflits persistent, le nombre de morts a pourtant tendance à diminuer depuis deux ans. Mais bon nombre de situations restent explosives. La fin de la guerre froide a été une période d’accalmie mais les terrorismes actuels en sont les héritiers. Qu’en serait-il avec l’installation d’une nouvelle guerre froide. L’avenir nous le dira.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s