Pause Poésie : Petit Bout

Un petit bout d’homme à ton bras,
marchant à flanc de coteaux.
Un petit homme toujours là,
pour m’accompagner là-haut
dans de longues ballades
où l’on comptait, blaguait
comme de petits camarades
des gamins, comme tu le restais.

Un jeune garçon timide
que tu venais chercher
à la sortie les soirs humides,
ou les jours ensoleillés
pour me ramener
dans ce havre de paix,
terrain de nos jeux,
là nous étions heureux

Mais le temps a fait son œuvre.
J’ai grandi, tu ne pouvais plus continuer.
Tu m’as vu partir moi et tant d’autres,
celle que tu aimais, ceux que tu avais croisés.
Mon enfance, mes souvenirs,
tous ces rires et ces sourires
que j’ai en rêvant, je te les dois.
Je sais que tu as toujours un oeil sur moi.

Tu te sens parfois inutile,
tu ne sais plus pourquoi rester.
Tu trouves toutes ces choses futiles,
ces petits instants aujourd’hui regretté.
C’est comme ça qu’on te récompense
en te laissant immobilisé et esseulé.
Non car à toi toujours je pense,
même si parfois je suis éloigné.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s