Blog : Esprit de Noël, où es tu ? 

Je crois que vous êtes au courant, lundi, c’est Noël. Je me suis remis à penser à mes premiers Noëls, à ce que c’est devenu aujourd’hui, à regarder ce qui se vend, autant pour les adultes que les enfants. De quoi se faire peur.

Dois-je commencer par un peu d’histoire? Dois-je rappeler les origines paiennes de cette fête à qui on a accolé une symbolique chrétienne, au point que c’est devenu quasi mondial, malgré les autres religions? Non, si ça vous intéresse, il y a d’excellents wiki pour tout ça. Par contre, j’aimerais rappeler que le type en rouge qui a des rennes, est apparu seulement au 19ème siècle. S’il s’appelle Santa Claus aux USA, c’est pour le lien avec le Saint Nicolas, évidemment. Mais la version que l’on connait a été utilisée par Coca Cola, qui dès les années 30, avait repéré le filon commercial du vieux bonhomme. Et on ne peut pas dire que ça se soit arrangé. Ah, il a un gros ventre…Mais nous aussi à force de nous empiffrer plus que de raison.

Je suis chaque fois effaré quand j’entends les chiffres pour le chocolat mais surtout le foie gras, la dinde (avec Thanksgiving aussi), les huîtres, les saumons et maintenant tous les animaux les plus exotiques que l’on trouve malin d’abattre pour ça. Certains font 30% de leur chiffre d’affaire en 1 mois, c’est dire. Je suis bien obligé de faire mes courses et j’en vois des caddies qui dégueulent, avant que ça soit les proprios dans quelques jours. Je joue un peu le jeu bien sûr et avec madame, on se fait plaisir… en mode vegan, évidemment. Mais je ne suis plus autant dans la surconsommation comme j’ai pu l’être. Déjà mes parents ont longtemps offert utile, même pour les jouets. Je n’ai pas eu les trucs à la mode, mais des jouets plus « intellos », moins que d’autres de mes camarades. Je ne m’en plains pas et j’avais largement de quoi m’occuper… lecture comprise. Oh, bien sûr, on regrette plus tard quelques « cadeaux » demandés, quelques gadgets électroniques qu’on eut la faiblesse d’accepter mais ce qui comptait surtout, c’était l’aspect surprise.

Ho Chi Minh Ville illuminé : Tout est fabriqué et monté sur place!

Mes meilleurs souvenirs de Noël furent ceux où je croyais encore en quelque chose, où j’attendais le jour J, où je découvrais quelque chose inattendu. J’ai pourtant assez vite compris ce qui se cachait derrière mais le fait d’attendre, de « mériter », ça avait quelque chose de magique qu’on perd au fil du temps, en vieillissant. Je n’ai jamais veillé près de la cheminée, pourtant, ni eu d’insomnies (quoique) mais aller dans le salon au petit matin, ouvrir la lumière et déballer les paquets, c’est un souvenir éternel. Il y a des choses d’apparence anodine que j’ai toujours en mémoire, des cadeaux qui m’ont été chers et dont je regrette la disparition. Mais aujourd’hui, avec le marketing, les publicités qui commencent 3 mois avant, les modes, c’est un véritable harcèlement que subissent les enfants. Même si j’aimais feuilleter les catalogues de jouets, je n’avais pas forcément envie des « gros cadeaux » mis en avant. Et peut-être aussi qu’on m’a inculqué la valeur des choses. Je ne sais pas ce qu’il en serait si j’étais enfant aujourd’hui.

Et puis Noël, c’est le repas de famille. Quand on a les parents et les grands parents au même endroit, c’est simple. Mais aujourd’hui, il faut composer avec tout le monde disséminé, trouver chez qui on passera le réveillon, qui pour le midi, etc… Ca ne paraît pas mais ça rajoute au stress et ça donne d’éventuelles disputes et jalousies. Ah l’humain…. Enfin ça c’est pour ceux qui ont la chance d’avoir une famille proche. Noël, c’est aussi une des périodes où les gens sont les plus dépressifs, où l’on a des suicides par solitude, mais pas forcément plus qu’à d’autres moments, dixit une étude suisse. Dans nos grandes villes où plus personne ne se connaît ou ne se dit bonjour, c’est terrible. Mais même dans mon patelin, j’ai du mal à croiser mes voisins avec mes horaires. Il faut provoquer la rencontre, aller aux nouvelles de la petite mamie d’en face ou du coin de la rue plus bas.

Mais curieusement, le repas de Noël qui m’a le plus marqué, je l’ai passé à des milliers de kilomètres d’ici, au Vietnam. Nous étions deux touristes perdus dans une ville absolument ignorée des circuits mais qui avait une signification pour nous. Et nous nous sommes retrouvés à partager la table de noël dans une auberge tenue par une australienne, avec des australiens, des danois, des allemands, des suisses, des américains et un autre couple français. Ca faisait connaissance, ça partageait, et tout le monde oubliait ce contexte loin de l’image de Noël avec la neige, les rennes. C’est même au Vietnam que j’ai retrouvé cet esprit de noël de mon enfance, où l’on a de la joie, des sourires d’enfants devant les illuminations, des familles qui se retrouvent , qui ouvrent leur porte, des décorations faites sur place. L’aspect commercial prend aussi sa place dans les grandes villes mais ailleurs on est aussi heureux de ce moment, sans se saigner forcément pour des cadeaux hors de prix. J’en ai vu faire des kilomètres à 4 sur une moto juste pour voir les grandes avenues de HCMC, illuminées de milles feux. Pourvu que ça dure…

Aujourd’hui, Nous avons droit à des palanquées de téléfilms américains, souvent des sommets de niaiserie, et qu’on achète au mètre pour remplir des linéaires de programmes. On a aussi droit à de bons classiques, tandis que nos cinéastes bien français détournent un peu les codes de ce moment, hein M. Chabat…A l’heure où les portes se ferment, les frontières se dressent avec miradors et barbelés, l’esprit de Noël paraît bien loin. Pas sur que les rois mages de la légende pourraient encore voyager aussi loin. Ils auraient été emprisonnés, rançonnés ou torturés… Noël, c’est tout de même au delà des religions et de l’instrumentalisation de certains à travers crèches et messes. C’est une trêve et pas que des confiseurs, un moment où l’on devrait voir une petite ville de Palestine sans armes et guerre. Pas très gai, ce tableau en cette avant-veille, non? Que voulez-vous, au moment où je suis bien au chaud à préparer le repas du réveillon de Noêl, je ne peux m’empêcher de penser à ceux qui n’ont pas ma chance. Ce n’est pas un hasard non plus si les associations caritatives font le plein de dons en fin d’année. C’est presque un harcèlement mais c’est pour la bonne cause. D’ailleurs cette année, je n’ai malheureusement pas pu faire ma collecte pour les animaux abandonnés dans mon supermarché habituel. Les dons sont en baisse dit-on… et pourtant j’ai toujours vu que la générosité est toujours là, surtout chez ceux qui ont déjà peu.

Ah, sinon, il y en a qui ont eu un beau cadeau de Noël en avance, ce sont les fournisseurs d’accès internet(FAI) américains à qui on a supprimé la « neutralité du net« . En quelques mots, il s’agit de ne plus être obligé de fournir un accès à tout internet sans différence de débit, sans tarif différencié. D’un coté je comprends que les FAI grognent par rapport à la bande passante qui se retrouve monopolisée par Netflix et Youtube. Free a déjà bridé ça discrètement pour obtenir compensation, par le passé. Mais ça veut dire aussi qu’on peut censurer ce qu’on veut, faire payer tout en option et c’est là qu’il y a problème. Le problème de fond est aussi sur la gouvernance du réseau et de son infrastructure. Cela va au delà même de l’économie et touche à la géopolitique (cf mon compte twitter pour ce sujet) puisqu’il y a aussi une volonté des BRICS d’avoir plus la main sur les décisions. Et pendant ce temps, la Chine ne fait pas dans la neutralité non plus puisqu’après Apple, elle veut faire plier Facebook et Google pour leur imposer ses règles. Avec tout ça, pas sur que le papa Noël reçoive la liste par email (oui, il est moderne mais je ne vous donne pas l’adresse, il a déjà du spam ….)

On vous ment, on vous spolie, c’est Mariah qui livre les cadeaux !

Et pour le cadeau empoisonné, ce sont les catalans, à qui on a essayé de fourguer Manuel Valls sur le bon coin, qui en ont reçu un. En pourcentage, c’est un parti unioniste qui ressort gagnant mais en nombre de sièges c’est le parti indépendantiste de Puidgemont qui gagne, et globalement les indépendantistes ressortent gagnant. Comme à l’école des fans, tout le monde a gagné! Je regardais un joli documentaire sur le début de la guerre civile d’Espagne en 36, l’autre jour. Espérons qu’on n’en arrive jamais là, à nouveau. De quoi se dire qu’il faudrait élire le papa Noël président, ou la maman Noël d’ailleurs car qui nous dit que ce n’est pas elle qui fait le boulot et que cette grosse fainéasse barbue et ventripotente fait juste du marketing? Y’a plus qu’à ouvrir une ambassade au pôle nord…

Allez, on termine en musique avec un ancien chat rayé.

4 réflexions sur « Blog : Esprit de Noël, où es tu ?  »

  1. 25 au repas de Noël, c’est un peu beaucoup mais bon, c’est le revers d’une « grande (belle-)famille ».
    Je m’attache à ma dernière qui va fêter Noël à 15 mois passés, le meilleur sera sûrement l’année prochaine car elle est trop petite pour l’effet de surprise.
    Personnellement, je m’achète mon cadeau principal (un jeu vidéo PS4 narrant un assassin égyptien, v(là les indices LOL), le boulot et la vie de famille et tous les tracas afférents sont toujours présents…
    Et je compte mon nouveau joujou Android comme un cadeau aussi 😛

  2. J’ai dépensé l’argent de mon cadeau chez le veto pour un chat SDF, alors pour cette année je ne peux pas faire de dons.
    Je penserais à toi dimanche soir et je te souhaite un Joyeux Noël.
    A pluche.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.