Souvenir de Gamer : Flight Simulator (1982)

Ce n’est pas vraiment un jeu mais il l’était un peu aux yeux de beaucoup. Il représentait surtout une sorte de Graal car il fallait avoir la machine pour faire tourner « la simulation de vol ultime »…. avant que Microsoft ne rachète et gache le produit.

Car pour moi, le vrai Flight Simulator, c’est bien celui badgé subLOGIC et conçu par Bruce Artwick. J’ai mis le marqueur temporel à 1982 mais on pourrait considérer qu’il est sorti avant, comme en 1979 sur l’Apple II. Son envol (ah ah …) a vraiment commencé pour la version PC sortie en 82. Il est vendu sous licence Microsoft mais est encore un produit subLOGIC (c’est presque aussi compliqué que l’histoire de Tetris). Je me souviens plus des version 2.0 et 3.0 qui étaient presque des benchmarks avant l’heure pour savoir si une machine était bien compatible PC ou si la carte graphique était correcte. J’ai d’abord rêvé sur les pages des magazines avant d’en voir une version sur Amiga puis sur un compatible PC chez des copains de collège de l’époque. Comme en plus l’un d’eux faisait du modélisme aérien, ça tombait bien. Je peux vous dire que le petit aéroport de Meigs à Chicago n’avait pas de secret, tout comme les bords du lac Michigan. Car au début, décoller reste relativement facile. C’est la phase d’atterrissage sur cette foutue piste qui posait problème.

Mais si on considère cela comme une simulation car on ne pilote d’abord qu’un petit avion commercial, on oublie le mode Dogfight avec le Sopwith Camel présent dès le premier opus. C’était un jeu où l’on avait la liberté de faire ce que l’on voulait. D’abord aux Etats-unis dans les premières versions avant que des cartes européennes ne soient disponibles puis d’autres avions au fil des versions. Je pouvais enfin aller sur les aéroports français que je connaissais, ou les aérodromes. Il s’est développé des tonnes d’add-ons plus ou moins officiels. Mais la vraie révolution est arrivée avec la 3D pour que le pilote voit du relief puis ensuite avec les textures plaquées au sol pour donner l’illusion. On commençait alors à s’y croire et à se rapprocher des simulateurs professionnels. La première version que j’ai vraiment utilisée chez moi est la 5.1 sortie en 1995. C’est la dernière version DOS et c’était une galère pour la faire tourner sur un PC Windows 95, comme toujours. Le tableau de bord commençait à être photoréaliste alors que l’extérieur n’avait pas encore de texture. Il fallait vraiment de l’imagination, surtout que le relief restait souvent réservé aux USA.

C’est quand on a eu les vraies versions Windows 95 et 98 qu’on a eu les textures. Là, j’avais investi dans un véritable Joystick avec palonnier intégré et ça commençait à vraiment être réaliste. Malheureusement, le moteur physique a longtemps souffert d’incohérences que les pilotes reprochaient. Autant la gestion du vol aux instruments, des relations avec les tours de contrôle et des scènes/avions ont progressé, autant ces défauts sont restés longtemps. Je m’en suis aperçu quand j’ai piloté un modèle réduit et ça m’a refroidit. Surtout que la concurrence existait. Des simulateurs militaires sont sortis et après le Fighter Bomber de l’Amstrad CPC, j’avais taté aussi du Gunship, ou du Red Baron, des produits de MicroProse, boite fondée par un ancien… pilote. Je fus un peu moins fan du F29 retaliator de Ocean mais comme beaucoup, je me suis extasié sur le IL2 Sturmovik de Maddox games. Mon PC était à genou mais ça tournotait. Je suis revenu brièvement à la simulation civile sur Flight simulator 2000, entre temps mais c’était vraiment trop gourmand avec un enrobage microsoft qui ne me plaisait pas.

Laminar Research avait présenté X-Plane avec un moteur physique plus réaliste et une communauté de développement qui a basculé dessus. Il était enfin possible de voler au dessus de la France ou de faire un vol transatlantique avec une machine un peu plus raisonnable et en programmant son plan de vol. X-Plane 4.0 a tourné de longues heures avec pilote automatique et j’ai fait le CDG-JFK dont je rêvais, avant même de le faire en réalité. Mais sans Flight simulator 1.0, je n’aurais certainement pas fait tout cela. L’image du produit a ensuite été accolée aux attentats du 11 Septembre. Il faut croire que lorsque le jeu était plutôt de passer sous le Golden Gate, d’autres s’entraînaient à viser des tours. Le réalisme relatif du jeu plus des leçons de pilotage suffisait-il à comprendre ce qu’il fallait? Là encore, la presse a eu tendance à diaboliser le jeu vidéo et simplifier l’histoire. La licence Flight Simulator continue bien d’exister avec un opus X dont je vous laisse admirer une vidéo. Elle montre bien la préparation d’un vol et le réalisme qu’il peut y avoir aujourd’hui sur des avions de ligne.

Publicités

5 réflexions sur « Souvenir de Gamer : Flight Simulator (1982) »

  1. J’ai jamais réussi à faire un bon vol et encore moins atterrir avec une version sous Linux (flightgear ou x-plane).
    Et bien, tu m’as bien eu avec ton article du 1er avril, quel farceur tu fais 😀 Heureusement que je n’avais pas supprimé le lien vers ton blog.
    A pluche.

    1. Je dois dire qu’un atterissage, faut avoir quelques notions par un tutoriel…ou observer les procédures qu’on trouve sur Youtube maintenant.
      Et vive le flux RSS pour me suivre…

  2. Avant ça n’avait pas de gueule mais du charme, c’est le cerveau qui enjolivait cette bouillie de pixels, c’est peut-être ce qui fait que ça marque plus les esprits et que dans 20 ans on en parlera encore.
    Alors que le dernier sortie, dans quelques années on l’aura oublié parce que voir virtuellement ce qu’on peut déjà voir physiquement… Rien de transcendant ?

  3. Je me souviens avoir eu le manuel de Flight Simulator 95, c’était super épais et du point de vue d’un gamin on aurait dit un manuel de pilotage. C’est moi ou dans Flight Simulator 98 les nuages d’orage étaient bugués ?

    1. En effet, les nuages étaient horribles. A cette époque sans carte 3d, soit on simulait le nuage en changeant la couleur du ciel, soit on faisait un gros polygone vaguement texturé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.