Souvenir de Gamer : Shinobi (1987)

Ah les Ninjas ! Ces tueurs-espions mercenaires si mystérieux ont inspiré beaucoup de jeux vidéo. Et parmi eux, il y avait Shinobi !

SEGA a sorti cette fameuse borne d’arcade en 1987 et avec ce personnage, ça a capté immédiatement mon attention à la lecture des Tilts de l’époque. Pourtant on est dans un classique jeu d’action plateforme comme il en sortait des dizaines chaque mois. Mais rien que le visage du ninja qui vous regarde sur l’introduction, ça valait la petite pièce.

Malheureusement, je n’ai pas pu tellement tater de cette première version arcade. Il m’a fallu attendre longtemps, très longtemps, l’adaptation sur mon Amstrad CPC. Mais quelle déception : Dans l’arcade on voyaut parfaitement les shurikens que lançait notre héros face à cette horde de méchants. Mais là, on se demandait vraiment ce qu’étaient les projectiles. Les couleurs étaient criardes, les sprites grossiers, peu aidés par la résolution très limitée de la machine 8bits. Mais par contre il y avait cette particularité étrange pour les deux versions : Le héros est un ninja mais il va au combat le visage découvert ! Alors bien sûr, le scénario bidon fait qu’il doit libérer les élèves de son clan ninja du joug d’une organisation criminelle. Donc il est déjà connu de ces gens. Mais tout de même, ça gâche de la magie.

Dans cette version, il n’avait de Ninja que les capacités hors normes, les armes, et puis bien sûr l’environnement oriental. J’ai plus volontiers craqué sur la version « Revenge of Shinobi », sortie en 1989….soit en même temps que l’adaptation Amstrad du premier. Cela sera un des titres phares de la Sega Megadrive et on peut voir le gap entre les deux !

Avec son costume blanc, son visage masqué, il avait vraiment une sacrée gueule notre héros ! Et cette fois, pas d’adaptation foireuse mais des versions Amiga/atari qui sortiront deux ans plus tard, trop tard pour un secteur qui se renouvelait à vitesse grand V. SEGA va tirer sur la corde de cette licence avec un numéro 3, un X sur la Saturn, et quelques versions portables pas toujours du meilleur effet. En même temps, qui a eu une Gamegear ?

Reste un jeu qui a défaut d’originalité, avait un très bon level design. Avant que l’on invente le vrai jeu d’infiltration, c’était quand même le meilleur moyen de prendre le rôle du ninja. Il fallait être précis, rapide, apprendre les niveaux par coeur et ça passait …enfin pas trop longtemps pour moi quand même. Je trouve malheureusement, qu’à l’instar de Double Dragon et Renegade, ça a vieilli dans l’animation et la rigidité des sprites. Ces jeux sont des mêmes années et ce n’est pas un hasard. C’était le must du beat them all 2D à cette époque. Par contre si Sega pouvait relancer intelligemment la licence Shinobi, ça serait pas mal.

Publicités

3 réflexions sur « Souvenir de Gamer : Shinobi (1987) »

  1. Revenge of the Shinobi sur Megadrive, best game ever, de l’action à tous les instants, une musique exceptionnelle, des shuriken illimités avec la petite astuce dans le menu du jeu. Je n’y ai jamais joué sur borne d’arcade, à quelques occasions sur console, mais davantage sur émulateur mais le plaisir est la quand même, c’est fluide ça envoie, c’est mythique.
    Pour ce qui est d’un successeur digne de ce nom j’allais évoquer Ninja Gaiden mais on est dans un autre registre.

  2. Ah, Shinobi, ce bouffeur de pièce. J’ai pu voir son longplay récemment, et je dois dire que c’est parfois très chaud… Surtout avec le fait du simple coup mortel… Mais que de souvenirs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.