Souvenir de Gamer : Hi-Octane (1995)

C’est un des premiers jeux qui a tourné sur mon premier PC (un pentium 75, souvenez vous). Et pourtant, il reste toujours dans ma mémoire car il méritait sans doute mieux que l’oubli.

1995, c’est la sortie d’un fameux Windows et bientôt de Directx, qui révolutionna le jeu sur PC. Mais Bullfrog, le développeur de Hi-Octane en était encore au DOS. Curieusement, c’est aussi la sortie de Wipe-out chez un autre développeur anglais, Pygnosis. Car pour les deux nous sommes dans une course futuriste, violente, rapide. Mais ici, nous n’avons pas des vaisseaux spaciaux mais des hydroglisseurs. Nous n’avons pas des villes futuristes mais des déserts et un environnement plus post-apocalyptique. Tout cela nous donne un level-design moins réussi, des véhicules plus massifs.

Pourtant, au niveau jouabilité, ça le faisait bien et à y rejouer sur une session DosBox, ça marche bien encore, même si il a fallu que je compose avec la lenteur de ma machine et ses limites graphiques (j’ai eu la flemme d’utiliser le core i5). Il faut se souvenir que ça tournait sur un 486 DX ou un Pentium première génération, pendant que les consoles étaient des Playstation, première du nom.

Ah, c’est sûr que l’on peut compter les polygones, à cette époque sur les objets. Mais l’inertie inhérente aux hydroglisseurs était bien faite. Il fallait gérer le fuel, l’armure et les armes pour chaque tour et les courses étaient plutôt des sortes d’arènes de combat façon jeux du cirque. Ca joue de la mitrailleuse et du missile, que l’on récupère au fil du jeu. A la limite, les sessions sont presque trop longues et répétitives puisqu’on trouve vite l’enchaînement entre ces divers zones de ravitaillement. J’ai découvert que le moteur de jeu était celui de Magic Carpet, un jeu qui a eu son heure de gloire un an plus tôt. Et Bullfrog (fondé par le grand Peter Molyneux) sera absorbé par Electronic Arts, justement cette année où le studio vivotait sur ses acquis. On leur doit quand même ensuite Dungeon Keeper, Syndicate wars, alors que Molyneux ira voir ailleurs pour poursuivre ce qu’il avait commencé avec Populous et Powermonger.

Reste donc cette tentative avortée et qui ira tenter sa chance bien trop tard sur Saturn et Playstation. La réception sera forcément mauvaise face à une concurrence qui en donnait plus. Mais à part F-Zero chez Nintendo, on n’avait pas vu beaucoup de courses futuristes à cette époque. Ça c’est une autre histoire, d’autres souvenirs.

Edité par Bullfrog sur MS-DOS, Playstation, Saturn.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.