Pause Poésie : Grisaille

Un ciel uniforme me survole.
Je suis ce long mur gris.
Le bruit d'un avion qui décolle,
je n'en suis pas surpris.
Au loin ce grand trou béant,
les cris d'un chantier,
je passe en courant
pour fuir cette réalité.
Je suis cette route noire,
qui m'emmène au désespoir,
évitant mes congénères
qui volent aussi cet air.
Le vert s'assombrit.
Le bleu se flétrit.
Les couleurs disparaissent
pour rejoindre la nuit,
quand je sombre dans la paresse
en écoutant le moindre bruit.
Publicités

2 réflexions sur « Pause Poésie : Grisaille »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.