Cinéma : Funan de Denis Do (2019)


Encore un dessin animé pour adulte…ou adolescents. Parce que parler du génocide cambodgien n’est pas évident, même en film d’ailleurs. Le pays reste sensible sur le sujet…

Mais le film est surtout l’occasion de rappeler l’histoire d’un génocide un peu trop oublié. C’est ici l’histoire d’une mère qui recherche son fils de 4 ans pendant la prise de pouvoir des Khmers rouges de Pol pot. Le régime va faire basculer le pays dans un enfer de 4 ans. Le titre du film rappelle l’ancien nom de ce pays qui changera lui aussi de nom pendant ce régime

J’aurais du chroniquer ce film un peu plus tôt mais j’ai décaler à la dernière séance possible (on ne fait pas toujours ce que l’on veut), une séance salle vide dans un petit cinéma d’art et d’essai. Ce sont les seuls cinémas à passer ce genre de films qui ne visent ni les jeunes enfants, ni ce captent un public agé pour qui dessin-animé = film pour enfant. Dommage. Je n’ai donc pas lu les chroniques des collègues avant non plus et me suis contenté du synopsis et la bande annonce. Malgré les voix de Bérénice Bejo et Louis Garrel, pas de promo non plus sur ce film, que le réalisateur dédie à sa mère et son frère.

Car Denis Do nous plonge littéralement dans l’enfer vécu par cette famille plutôt bourgeoise de Phnom Penh. En 1975, lorsque l’Angkar (mouvement communiste cambodgien) prend le pouvoir par les armes, la capitale se vide de sa population qui est déportée dans les campagnes, dans des camps de « rééducation ». Des millions de personnes se retrouvent sans rien, sur les routes du pays, une partie en mourant de famine ou en sautant sur les mines qui parsèment déjà le pays. Puis dans les camps, le cauchemar continue avec peu d’alimentation, du travail forcé et la séparation des enfants de leurs parents. Peu à peu les familles se retrouvent brisées, séparées, décimées. Les massacres arbitraires sont légion, et on voit bien que l’idéologie collectiviste affichée n’est qu’un leurre. C’est surtout une caste de voyous corrompus qui s’installe.

Le film montre ce destin croisé du fils et de la mère, de leur famille qui perd ses membres un à un. Il y a le basculement dans la folie, la cupidité, l’avidité. Les gens font tout et n’importe quoi pour survivre, de la résistance à la séduction en passant par l’asservissement. Bien que le réalisateur ne montre pas de sang, pas de cadavre, la violence est présente, froide, aveugle. Les décors sont magnifiques et pourtant si durs. Le dessin des personnage utilise la ligne claire, une ligne épurée pour mettre en valeur le dénuement extrême, la maigreur et cette mort qui règne. A noter aussi la musique très réussie de Thibault Kientz Agyeman qui magnifie certains moments du film.

Malgré la dureté du sujet (Environ 2 Millions de morts sur les 7 Millions que comptait le pays !), le film est bouleversant, fort et vu l’aspect autobiographique, on le comprend. Peut-être y suis-je sensible car le sujet me touche un peu plus. Mon émotion était différente par rapport à d’autres films traitant de la guerre et des enfants, peut-être aussi parce que le petit garçon n’est pas vraiment au centre du récit par rapport à sa mère. Je n’en était pas moins bouleversé jusqu’au plus profond de moi mais plus que des larmes, c’était un véritable choc. Il y aurait beaucoup à dire sur les réactions des divers personnages face à cette oppression d’un groupe armé minoritaire sur une population. Il y a aussi à dire sur la sortie de cette période, la réaction de cette même population et même 40 ans plus tard, la plaie reste difficile à refermer. Ce film est un témoignage de plus de cette période trop méconnue en occident.

3 réflexions sur « Cinéma : Funan de Denis Do (2019) »

  1. Je ne suis pas un grand historien et je dois dire que ce n’est pas un sujet qu’on a beaucoup abordé à l’école, mais quand je lis que plus d’un quart de la population a perdu la vie dans ce conflit je ne comprends pas pourquoi c’est resté caché alors que maintenant quand un député prend une cuite cela fait la Une.
    A pluche.

  2. Salle presque vide pour moi aussi mais c’est habituel dans ce cinéma je n’en tire donc aucune conclusion sur l’intérêt des gens pour ce film et vu la promo inexistante, comment aller voir un film dont on n’a pas connaissance ? J’ai publié ma chronique au plus tôt en espérant convaincre quelques personnes, le problème aussi c’est la distribution… Bref, ça me laisse un goût un peu amer que des films comme ça passent la trappe.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.