Blog : Écrire autre chose

Cela fait un bon petit moment que je n’ai pas produit de texte long, c’est à dire, une nouvelle, un roman, … Et ça me trotte dans la tête. Mon problème est déjà dans le choix.

J’en avais commencé un mais je suis à moitié satisfait du résultat. J’étais parti sur de l’anticipation, dans des terres lointaines mais je pense que j’ai fait trop soft. Prévu pour être feuilletonné, j’ai un peu perdu le fil du genre. Et puis j’aimerai entrer vraiment dans une dystopie , un peu plus délirante et enlevée que cela. Donc j’aurai le choix entre tout reprendre autrement ou bien partir de zéro sur un autre récit en mettant celui-là aux oubliettes. Je voudrais que cela vienne remplacer un des billets du samedi une fois par mois. Ça ferait donc 12 épisodes par an….et plus si affinités.

Comme contre, ça casserait le rythme de mes publications bloguesques et ça sortirait de ce dont je parle d’habitude. Comme pour, ça répondrait à une envie de m’y remettre. Comme contre, le rythme de publication ne permet pas forcément de bien suivre son récit, d’éviter les incohérences. Mais je ne me vois pas non plus faire des épisodes plus courts chaque semaine. Comme pour, j’adore les expériences et j’aimerai que l’on construise ensemble l’histoire, avec les personnages, les lieux, les suites des cliff-hangers, sauf que ça ne marche que si l’on participe, dans les commentaires et en plus, c’est difficile de prendre cela en cours de route, de rater un épisode.

Je sais que je pourrais me contenter d’écrire dans mon coin mais je sais surtout que je trouverai une bonne raison de dévier, de faire autre chose car une écriture n’est jamais linéaire. L’aspect feuilleton oblige, donne une contrainte et j’ai toujours trouvé que la contrainte donne du positif dans la création. C’est pour cela que je me contrains à des Haïkus plutôt qu’autre chose. Et en même temps, la contrainte du billet hebdomadaire est parfois pesante, je l’avoue. Je l’ai déjà évoqué…Il y a des jours où toutes les idées fusent et d’autres ou c’est le calme plat. Là j’avais des idées pour mon boulot et c’était bien mais pas trop pour le blog.

Il y a évidemment l’aspect relecture et je sais la difficulté qu’il peut y avoir. Mon collègue Frédéric le sait dans son excursion vers la littérature jeunesse, par exemple (lisez, envoyez lui des commentaires…). Là c’est une relecture pas à pas qui serait possible mais une fois mis bout à bout, on s’aperçoit parfois qu’il y a des problèmes de cohérences. Je ne pense pas pouvoir échapper à la construction d’un univers, de personnages, de relations entre eux, ce que je rechigne souvent à faire. Par contre, je n’arrive jamais à me fixer sur une fin avant l’écriture, à vraiment tracer une trame, une intrigue. J’aime aussi le hasard de l’écriture, la fulgurance possible d’une idée, ce petit moment de transe lorsque je suis dans mon histoire et non plus dans le réel. Cela arrive beaucoup moins souvent dans un billet de blog, je l’avoue. Je pense, ici, que la fin est définie.

La passion de la création de Leonid Pasternak (1917)

Je pense commencer tout cela en Janvier, histoire de bien entamer ma 15ème saison bloguesque, un peu moins ici, mais je ne pense plus à changer d’adresse. Ca me laisse le temps d’y réfléchir, de récolter vos impressions, vos avis, vos envies. Je ne sais pas encore si je vais rester dans cette intrigue de base donc, qui me paraissait finalement trop complexe. J’étais dans l’idée d’une multinationale dominante, luttant contre d’autres multinationales, des états européens touchés par une catastrophe, une planète orientée vers l’Asie… Moui, bon, ce n’est pas hyper original, je l’avoue mais j’en maîtrise quelques données alors que si j’étais parti sur d’autres terres, ça ne serait pas évident. Il y avait un peu d’animalisme de prévu là dedans, du transhumanisme, de la biotechnologie….Finalement, je trouvais que ça manquait de magie et peut-être est-ce là que je dois changer ce que j’avais écrit.

Il y a une part de mise en danger que j’aime, là dedans. Sortir d’un genre pour aller faire ce que je n’ai jamais fait, ça permet d’apprendre sur soi. Sortir directement un texte, brut, sans passer par des intermédiaires, c’est aussi dangereux mais je n’ai aucune envie de le faire sur des plateformes comme atramenta ou autres, que j’avais déjà testé. Je suis pour tout garder au même endroit, maintenant. D’ailleurs, il y aura certainement d’autres retours dans l’année prochaine, ou des mélanges des genres, qui peuvent d’ailleurs très bien s’arrêter en cours de route, comme je l’ai fait cette année pour la musique ou les dessins.

Au fond, si j’ai envie d’écrire autre chose, c’est que j’ai l’impression de radoter, de revenir sans arrêt aux même thèmes…. ce que je fais dans mes marronniers annuels, d’ailleurs. C’est en fait tout à fait naturel de tourner autour de même sujets et si on regarde beaucoup de créateurs blogueurs compris, il y a toujours des points communs, des sujets de prédilections. Même sur les Haïkus, les poèmes, c’est le cas et c’est vrai que j’en ai un nombre conséquent maintenant, sans parvenir vraiment à faire un choix. J’arrêterai peut-être les « Instants », pendant un temps…ce qui me permettra mieux de me pencher sur les archives de mes écrits et d’autres activités.

Au fond, je pense que j’ai fait le tour de quelques sujets, comme je pense avoir stabilisé la situation de mes machines sur un OS, par exemple. Seul le changement de Hardware peut remettre en cause le software. Evidemment, un blog reste lié à la vie de tous les jours, normalement. Tout changement ou évènement dans cette vie alimente le contenu des articles. On peut se spécialiser dans une rubrique culturel ou technique, il y a toujours un impact. Parmi les plus anciens blogueurs que je lis, je vois bien les évolutions depuis le débuts, les passades sur une passion ou une autre et ça ne me dérange aucunement. J’y suis plus ou moins assidu mais j’en ai connu débuter dans le littéraire, faire un peu de culinaire, aller dans la BD, revenir dans le cinéma, et le littéraire, tout en ayant des excursions plus politiques ou polémiques. Au fond, c’est ce qui fait le charme : Un blog, c’est le reflet du caractère d’une personne. Je pourrais analyser cette envie d’écrire autre chose qui revient périodiquement mais c’est l’envie du moment.

Pourtant, malgré cette envie d’écrire une histoire plus longue, j’ai toujours des idées de rubriques et sujets que j’avais laissés de côté jusqu’à présent. Mais ça, ça sera la surprise, bien évidemment. Pour terminer sur ce thème, j’ai toujours la question de la longueur du billet. Celui-ci n’est pas extrêmement long mais suffisamment pour en dégoutter pas mal de lire, à l’heure où l’on fait dans le court, dans l’image ou la vidéo. Je ne sais pas encore quelle longueur pourrait avoir un « épisode » ou chapitre de ce futur écrit (NdR : double sens…) . Sans doute plus de 1500 mots, ce qui ne fera pas chuter la moyenne du blog qui est à 800 et des brouettes aujourd’hui. Mais je crois que ça sera selon l’envie, le temps, l’investissement. J’ai suivi déjà pas mal de challenges dans ce genre en photo, BD, les devenirs de blogueurs qui ont vite laissé tomber et je sais qu’il y a des hauts (surtout au début), et des bas….L’écriture est si variée elle-même qu’il y a une part de thérapie par l’écrit.

A suivre…bientôt

7 réflexions sur « Blog : Écrire autre chose »

    1. Ça vient toujours…mais je peux faire trois billets pendant 1 journée et rien pendant trois semaines sauf que ça ne se voit pas. Et ça vient parfois où on ne l’attend pas.
      Et quand tu penses à faire quelque chose pendant plus d’un an, il faut le faire.

  1. C’est un exercice délicat qu’une web-série. J’ai réussi à boucler « Les Evolués », même si de manière insatisfaisante avec du recul. C’était à une époque sans emploi, où cet exercice était salutaire. Et comme toi, les idées foisonnent mais se lancer dans le bain et tenir dans la durée c’est autre chose ! Si tu souhaites un bêta (ce que je suis profondément ! ^.^ ) lecteur (idem !), je suis disponible.

  2. Cela reste délicat de jongler ou de trouver le juste équilibre entre l’émulation de ce challenge qui consiste à garder un rythme régulier -peut-être une question d’entrainement aussi- au risque de se mettre une forme de pression qui peut « inhiber » et la dillettante qui risque de perdre cette tension créatrice. En plus, vu tes projets d’écritures diversifiés, les attentes et exigence diffèrent en fonction de la tâche.
    Est-ce toi, Cyrille ou les deux qui me disaient : « avant tout se faire plaisir » ?
    Toujours au plaisir de te lire en tout cas et de contribuer à ma petite mesure si tu le souhaites et/ou si je le peux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.