Pause Poésie : Eveil

Visages embrumés par le sommeil :
J’erre parmi ceux qui regardent le soleil.
Abreuver de rayons notre peau fragile,
entre lourdes armoires et silhouettes graciles.
Les trompettes résonnent déjà
partout autour de moi.
Je me branche en digital,
dans mon monde transcendantal.
Les bruits saturés et cris sauvages,
battements hypnotiques d’un autre âge
agressent mes tympans encore endormis
m’attirent dans des limbes infinis.
Mon esprit devient vagabond,
laissant messages et conversations
s’amonceler en vains détritus.
Maintenant que le bruit s’est tu,
le sang bouillonne dans mes veines
au rythme du Beat qui m’entraîne.
Je marche silencieusement en cadence,
oubliant matière et présence.
Clôtures, lignes, vitres et glace,
tout avec moi se déplace.
La musique envahit mon corps,
une drogue qui crie « encore ».
Le son se déchaîne en moi,
chaque membre agité d’émoi.
Soudain un souffle sourd,
la fin de cet acte d’amour,
qui m’a donné l’extase,
qui me laisse seul et isolé,
dans ce monde qui m’écrase.
A nouveau à me réveiller.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.