Blog : Savoir arrêter

Je ne vais pas ménager plus longtemps le suspens avec un titre pareil…Non le blog ne va pas fermer, mais il fallait que je prenne quelques décisions.

J’avais parlé dans un précédent article du risque de surmenage, et Le Manchot du Cotentin me parlait de burn out en live. J’en ai vu quelques signes graves apparaître et il fallait que je réagisse. Si les idées ne manquent pas, le temps pour les mener à bien correctement n’est clairement plus là. Je suis de moins en moins satisfait des derniers articles, mal développés car en fait je n’ai plus le temps de les faire correctement, de les relire, etc…Mon activité professionnelle est particulièrement intense et s’annonce compliquée à l’avenir avec des restructurations, sans doute moins de monde, plus de responsabilité.

Cela fait tout de même un moment que j’ai l’impression de radoter aussi. Je me souviens avoir entendu Cyrille en parler il y a deux ans sur son blog, avant un grand ménage et un changement de moteur. Il faut se l’avouer parfois, ça ne sert plus à rien de rabâcher les choses, de parler tout seul, de n’être plus vraiment entendu ou même écouté. Et puis il y a une routine qui s’installe. Le roman feuilleton n’était pas forcément une bonne idée mais j’irai au bout ici ou ailleurs. La routine finit par me tuer à petit feu malgré une méthode qui essaie de me l’éviter. Les nouveaux challenges, je les trouve mais je ne suis pas assez impliqué en ce moment faute de moyens, de temps. Il va falloir que je consacre du temps justement à upgrader le réseau, le matos après pratiquement 15 ans d’immobilisme. 

Moi, si je continue

15 ans, c’est finalement à peu près l’age du blog dans ses différentes variantes. Il reste un tronc commun à travers tout ce temps, ce sont les articles et partages culturels. Le reste est venu s’ajouter au gré de la vie. Sauf qu’entre temps, il y a eu un internet qui ne me plaît plus vraiment au fond avec moins de commentaires, moins de partages, l’absence de discussions posées, ou bien ai-je perdu le goût de discussions avec des gens de plus en plus réactionnaires. Je finis par m’y ennuyer en fait et ça, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va plus. Donc  15 ans, ça pourrait être bien d’arrêter et de réfléchir à autre chose, un autre format, un autre média, d’autres défis. En tout cas, ça pourrait être bien de faire une pause, surtout que les 5 dernières années ont été très prolifiques. Mais au fond, je ne m’y reconnais plus forcément, avec quelques mauvais cotés qui ressortent ces derniers temps. Je savais que ça arriverait un jour.

Concrètement ? J’ai encore de quoi terminer l’année avec tout ce que j’ai écrit à part peut être les articles du samedi qui sont des grands formats très consommateurs en temps. Autant je me vois écrire encore quelques chroniques selon mes envies et mes lectures/visionnages/écoutes, autant je ne me vois plus rien écrire le samedi avant un petit moment. Je vais terminer l’année avec les brouillons entamés et après…Je ne sais pas encore. De toute façon, j’avais dit l’année dernière à cette période qu’il fallait que je ralentisse et je ne l’ai pas fait. Un tort. En fait le plus dur, c’est justement d’arrêter car l’écriture est une drogue. Sauf qu’elle ne fait plus vraiment d’effet cette drogue et que j’écris des tonnes de trucs par ailleurs, ne serait-ce qu’à mon boulot. On me croit indispensable, je m’évertue à prouver le contraire. Je ne sais pas encore ce que j’ai envie de faire, je sais ce que je n’ai plus envie de voir, de lire ici. Mon problème est ailleurs…

Comme les artistes qui cherchent à retrouver la fraîcheur des débuts dans un énième album, je cherche simplement à retrouver cette fraîcheur perdue au fil du temps, ces envies multiples. Je ne veux pas non plus devenir ma propre caricature et dans les derniers articles de l’année (dont ceux à paraître), j’ai l’impression d’en être ! Et mes envies ne sont pas forcément compatibles avec ce qui est intéressant. Le parallèle avec un artiste est bon justement car parfois on aime un style, un art mais on est incapable de le pratiquer correctement. On peut aimer le rock en France mais savoir que ça ne nourrit pas. On peut aimer dessiner mais finalement se dire qu’il y a des gens qui savent vraiment mieux le faire. On peut aimer écrire mais savoir que d’autres le font mieux que soi. J’ai exploré mes limites ces dernières années, je crois qu’il faut que j’accepte de refermer des parenthèses. J’écris ici d’abord pour moi et sans me soucier de ce qui plaît. Il se trouve que quelques rubriques plaisent, rendent service et c’est tant mieux. Mais je ne veux pas non plus tomber dans le piège de ne faire que ce qui plaît, ou de meubler pour alimenter juste le truc.

Il me reste du temps pour cette fin de quelques pans du blog, pour repasser dans un mode totalement apériodique. A force d’avoir voulu trop régler tout ça, l’incertitude manquait… un comble pour moi (peu comprendront cette blague…). J’ai envie une fois de plus de faire sauter toute cette présentation bien proprette et pensée, pour un truc des plus basiques sans aucune interaction. Encore une contradiction pour moi qui en réclame des interactions, mais les derniers essais sur des forums ne m’ont pas inspiré beaucoup d’intérêt, sinon du conflictuel. Encore moins du coté du zozio et de son alterego à défenses. J’y reste présent d’une certaine manière, mais l’esprit y sera absent. Mon côté mysanthrope sans doute aussi, accentué par cette année particulièrement merdique qui a fait ressortir tout ce que contient l’humain en lui. Il me manque une oreille attentive (avec des poils…) qui ne faisait que remplacer ma propre oreille. S’écouter…

J’ai donc une moitié d’article habituel ici et je mets la rédaction en pause pour quelques jours. Je vais avoir des vacances pour y penser, peut-être y faire une suite…. suspens…. qui ne dure que quelques caractères sur votre écran.

Pourquoi se fixer des objectifs, se dire qu’il faut tant de mots pour montrer quoi ? Je devrais savoir ça, moi l’amateur d’haïku, de sobriété dans les traits, de recherche de l’épure. Je n’ai pas besoin de tourner autour du pot, de suivre des paragraphes périphériques. Juste besoin de redescendre sur terre, d’être un peu plus soi et pas forcément cette entité virtuelle baptisée Iceman sous des cieux violents. Bref, ça sera moins long qu’avant, à nouveau désordonné, bordélique comme au début, ça sera comme ça vient…ou comme ça ne vient plus. Le problème est justement que vous lecteurs attendez sans doute autre chose…Mon tort est-il de trop en mettre ? De laisser des choses qui ne devraient être que personnelles? Je dois apprendre à ignorer cela.

L’impossibilité de contenter tout le monde

Reste une question aussi, qui revient sans cesse. J’ai beau virer des flux RSS géopolitique, je finis toujours par m’y intéresser de nouveau. Le dernier article en date n’a pas eu beaucoup de commentaires et m’a pris beaucoup de temps à écrire, relire, re-relire…Et pourtant il a eu du succès, des avis positifs dans les réseaux sociaux, donc j’en suis content. Mais je sais aussi que j’ai mes limites dans le domaine, que je ne dois pas franchir. Bref, avant la parution, je me disais que c’était le dernier du genre mais finalement je ne sais plus vraiment, sinon qu’à un moment, j’aurai envie de replonger. Par exemple, je vois des choses intéressantes à dire avec ce nouveau premier ministre japonais…Je ne sais pas ce que ça deviendra mais une chose est sûre, je ne pourrais pas tenir sur une activité périodique dans ce domaine.

Et le sondage du début de semaine ne fait que me confirmer cela, comme d’autres intuitions. Par exemple, pour la musique, le blog n’est clairement pas le bon format à l’avenir, en tout cas en France. Je n’écoute même plus de nouveautés, donc je n’y prends plus de plaisir, à moins d’une découverte due au hasard. Je ne pense pas que l’on vienne aujourd’hui sur un site pour lire sur de la musique de nos jours. J’ai fermé Histozic il y a deux ans, j’ai bien fait, même si quelques sites continuent à avoir leur succès, surtout parce qu’ils alimentent la rubrique info plus que chronique. Les tutoriels, c’est dur d’en faire quand on ne pratique plus beaucoup de changement, de nouveautés. Là aussi la vidéo fait bien mieux que moi mais l’écrit à un avantage, c’est qu’on peut y faire pause plus facilement. Pour le reste, je ne sais pas, ça changera encore et encore, mais à force, une forme de routine revient quand même, avec ses cycles, ses envies régulières de détruire et reconstruire, juste parce que ça apporte du challenge en fait. Aujourd’hui, le challenge pour un blog, c’est juste de continuer à exister et combien de collègues ont arrêté. J’ai fait le ménage… Dans les rubriques citées, il y en a déjà 4 qui vont disparaître, parfois pour revenir à l’intimité. Car au départ, j’écris pour moi, ce qui me plaît, et parfois à destination des autres (tutos, articles plus instructifs). Donc mon choix n’est aucunement dicté par l’audience, par les préférences. Surtout que depuis le départ, mon audience est hétéroclite, à la fois constituée de gens qui aiment les billets culturels, d’autres les tutos et articles plus orientés logiciel libre etc… C’est moi et ça le restera que ça plaise ou non. 

Au fond dans tout ça, il y a aussi le fait que je vois une impasse devant moi avec les OS libres qui s’enferment dans un monde pro et plus dans le grand public. L’utilisation de Framaforms n’a d’ailleurs fait que confirmer cela. Si Microsoft forms est déjà un retour en arrière par rapport à des outils en ligne que j’ai connu, au moins, il n’a pas de bugs d’affichage. Framaforms, c’est l’exemple du truc qu’on a oublié de fignoler avant d’y inclure des tas de fonctions. J’ai aussi ce problème avec un logiciel du « commerce » d’ailleurs donc le mal n’est pas que dans le libre. Je vois une impasse aussi dans le mobile toujours moins permissif et plus espionné. Tout ce qui me passionnait et qui devient de plus en plus balisé et contraignant. Je vois un monde de plus en plus dystopique et qui fait passer la SF passée pour de gentilles fables. Moment propice à la déprime ? La lecture d’un classique a-t-elle aidé aussi ? Un peu de tout cela, c’est possible. Mais si j’ai pris le temps cette année de transférer mes articles en markdown, ce n’était pas pour rien non plus. Un retour au source, à cette simplicité que l’on oublie et qui me manque finalement. J’ai vraiment envie d’aller à contre-courant, ou au moins de ne plus aller dans le courant, de poser un pied à terre. J’ai l’impression que je ne suis pas le seul en plus alors cela pourrait être intéressant d’en parler. Est-ce que je tuerai le blog à cette adresse bientôt ? Je ne crois pas car je n’ai pas trouvé mieux pour la souplesse d’usage, notamment, quand je change comme ici mon fusil d’épaule. Mais les derniers changements imposés de wordpress me donnent envie de tout caser ailleurs. J’ai déjà mes github pages en alternative… pourquoi pas.

Bref, en attendant le 31/12, ça continue un peu comme d’habitude, plus lentement peut-être… Je termine mes objectifs et on verra si le roman n’est pas directement terminé sous la forme d’un pdf/epub plutôt qu’en feuilleton en 2021, si des séries continueront, des vidéos, des audios, etc…Vous n’aimez pas les surprises ? Moi si, surtout quand je me surprend moi même. Bises à tout les amis et portez vous bien en prenant le temps de vous  retourner sur vous même.

16 réflexions sur « Blog : Savoir arrêter »

  1. « l’avenir avec des restructurations » la maladie à la mode, toujours faire plus avec moins de bras mais un jour il n’y aura plus de bras et bien entendu « pas de bras, pas de chocolat ».
    Je comprends pourquoi les gens plaquent tout pour aller s’installer dans le Larzac (ou ailleurs) et vivre de peu de chose.
    Une chose est certaine, si c’est le moment de faire la pause (petite ou grande) il ne faut pas faire l’impasse.
    La vie ne vaut qu’on se tue au boulot, alors prends soin de toi.
    A pluche.

  2. Et toi, qu’attends-tu de nous ? Car hormis interpréter les attentes du lectorat, qu’attends-tu de nous ?
    Attentes amènent fatalement déceptions. Prenons les choses comme elles viennent. Ni plus, ni moins 🙂

    Quant à ton emploi, je ne peux que te rappeler à quel point s’identifier trop fortement à l’emploi tue à petit feu. L’aliénation par le travail, l’une des thématiques étudiées en philo au lycée, ça date, lol ! 😀 Je suis d’accord, tu n’es pas indispensable. Bien entendu, entre ce que nous pensons et la manière dont nous agissons, il y a parfois un fossé. Je prends un exemple différent : je crois penser amour lorsque je suis au contact de cette sublime femme, alors qu’en fait je dégage « manque d’amour ». Entre ta pensée « je ne suis pas indispensable » et tes agissements, il y a peut-être désaccord. Qu’en penses-tu ?

    Enfin, je comprends l’absence d’un félin dans sa vie 🙂

    PS : et si t’as besoin de papoter, pour ne pas dire vider ton sac, il existe aussi les messages privés 😉 @+ l’ami 🙂

    1. Attente = déception… à commencer par ce que j’attends de moi surtout et ce syndrome de l’imposteur qui revient sans cesse.

      Le problème du moment est le fossé entre intentions et réalité. Donc je gère d’abord ce désaccord et le reste attendra

      Le fait d’être autodidacte dans pas mal de choses n’aide pas, surtout avec quelques cons de collègues plus là pour freiner qu’avancer.

      Il faut que j’arrive à me détacher réellement de tout ça, c’est tout.

  3. Quand on tient un blog, il ne faut pas non plus oublier pour qui on écrit: pour soi et/ou pour les autres (et aussi quels autres, précisément). À moins d’avoir un blog avec une approche plus institutionnelle (pour soutenir une activité autre, par exemple), je pense qu’on écrit surtout pour soi; le fait que d’autres personnes lisent, c’est un bonus.

    Du coup, les « sondages de satisfaction » comme celui que tu as fait récemment (et auquel j’avais répondu), je ne sais pas trop à quoi ça te sert. Quelque part, la vraie question, c’est as-tu envie de parler (enfin, d’écrire) sur tel ou tel sujet et quel temps tu veux y consacrer?

    Quoi qu’il en soit, bonne continuation!

    1. Étant dans le et plus que dans le ou, j’avais le sentiment que certaines choses étaient plus à leur place uniquement pour moi. Ce petit test éphémère l’a vite confirmé…au fond je le savais donc c’était un peu inutile.
      La question du moment revient au temps que je n’ai plus pendant quelques mois je pense et qui me fait faire n’importe quoi. Donc je remets les choses à plat et je priorise.

      Mais sur le fond j’écris pour moi et je continue à le faire en dehors du blog aussi… puisque si certaines rubriques disparaissent ce n’est qu’en apparence.

  4. Je pense qu’une pause peut être salutaire pour voir où tu en es. Tu parles de routine. C’est vrai qu’on peut s’enfermer dans des habitudes et avoir du mal à en sortir. Changer radicalement la donne, peut faire émerger autre chose … ou bien se rendre compte que bloguer manque 🙂 Au plaisir de te lire Iceman mais surtout pense d’abord à toi et à ce que tu veux.

    1. Paradoxalement, cette petite pause à venir m’inspire et j’enchaîne les billets de blog… je reviens en fait sur mes fondamentaux, mes passions plus que des découvertes. La première passion, c’est surtout de vivre avec ceux (et celle) qu’on aime et ça ne marque pas de pause, ça !

  5. Moi j’ai découvert ce blog depuis peu,mais je mets quand même un commentaire. J’ai apprécié certains articles empreints de sensibilité et la partie musique. Bonne continuation et bon courage dans votre job.

  6. Hoouuuf… Que dire, il y a tant sur ce billet… Je commente que très rarement sur les blogs que je suis, oui je sais, c’est pas bien, mais bon…
    Je ne vais pas revenir sur ce que dit @anatole M concernant le job que je partage…
    Mais quand tu dis : (…) Je ne pense pas que l’on vienne aujourd’hui sur un site pour lire sur de la musique de nos jours. (…)
    C’est plus compliqué que cela actuellement, pour imager je te donne juste un exemple, j’adore cuisiner et si je fais une recherche une recette de Kouign Amann sur les moteurs de recherche, je vais tomber sur tous les sites regroupant une multitude de recettes (avec les pubs en sup)… Alors ce que je souhaiterai, c’est tomber sur le blogueur qui va me parler de sa recette ou de celle de sa grand-mère, ou la recette qu’il s’est réappropriée et découvrir en même temps ces autres recettes et autres sujet sur son blog… Et cela Quelle que soit la thématique, les blogs réellement intéressants ne sont pas mis en avant par les moteurs de recherches. Alors il faut prendre son mal en patience et chercher et quand on trouve, on le met dans nos fils RSS, tout comme le tiens est dans mes RSS (mais bon ça fait déjà longtemps qu’il y est).
    Alors pour résumer, fais-toi plaisir et tu feras forcément plaisir à d’autres et fais ce que doit, advienne que pourra (cette dernière n’est pas de moi) 😉

  7. Ho, je reçois un message où je dois confirmer un truc via wordpress pour être notifié sur les commentaires… Heu non je laisse tomber, alors non, je me fous des autres commentaires, j’ai horreur de ce genre de demande complémentaire alors que j’avais coché la case « Avertissez-moi par e-mail des nouveaux commentaires. » Désolé, mais j’ai horreur de ce genre de pression.

    1. Faut juste modifier le commentaire décocher et ca s’efface normalement
      C’est au niveau wordpress pas au niveau site que c’est géré malheureusement

  8. Ok, pas de souci… C’est en partie de ma faute je suis sur 36000 trucs et avec le flood qui va avec et qui me met parfois à cran… Donc pas de souci, résolu et je te garde dans mes RSS 😉 😉

Les commentaires sont fermés.