Bilan de l’année 2020 et un peu plus

Comme je l’ai dit, cette année 2020 est une année qui termine un gros chapitre de ce blog. Je vais faire le classique bilan culturel avec mes choix et puis pour une fois, je ne vais pas parler de demain, laissant la place à l’inconnu. Comme d’habitude, je ne traite que des sorties de l’année ou fin d’année dernière.

Le Blog a suivi finalement un rythme assez proche de celui de l’année dernière en terme d’articles. Une année marquée par ce virus et donc des périodes où la fréquentation a bondi (confinement), d’autres où elle a fondu (dé-confinement). Un peu comme des vacances en fait. Globalement, il y a eu plus d’audience qu’en 2019 et c’est tant mieux (+4%). Pourtant les sujets qui fonctionnent n’ont pas vraiment changé : plutôt des tutoriels ou des articles tournés vers le passé de l’informatique et ce qu’il y a autour. Le sujet sur les coffres-forts marche bien, même si j’ai un peu simplifié mon utilisation. Comme je l’ai dit, je ne cherche pas ce qui marche et c’est comme ça vient donc je remettrai des choses à jour, si ça mérite d’en parler. Ce n’est pas parce que Microsoft a mis ça dans one drive que je vais réécrire un article, quand même. Bref, les billets COVID ont eu un impact limité. Je pense meme que sans ça l’audience aurait stagné car les confinements ont fait lire sur certains sujets cités plus haut. Aussi étrange que ça puisse paraître, l’audience est mondiale…Allez, on va y croire que tout le monde utilise un traducteur !

Cinéma et séries

L’année dernière, j’avais compté 169 films et épisodes de série. C’était déjà énorme et forcément, faute de cinéma, j’ai fait à la maison, cette année. Ce qui fait que j’atteins le chiffre énorme de … 272. Pourquoi ? Parce que série = épisode = visionnage frénétique. 137 au total, rien que ça ! Ce qui fait que finalement 135 films et téléfilms…Enfin c’est quand même beaucoup. Il y a quand même un bon taux de satisfaction dans ce que j’ai pu voir, et une prépondérance des œuvres récentes. Comme quoi je ne vis pas dans la nostalgie, hé hé !

Parmi les rares sorties de l’année que j’ai pu voir, j’ai mis de coté un film et une série. Pour le film, c’est finalement Mignonne(s) qui sort gagnant, parce que c’est un film qui marque, qui fait polémique aussi. J’en ai parlé de toute façon dans un article. De même que les autres sorties mais on oubliera malheureusement cette année coté cinéma.

Pour les séries, pas de risque avec la dernière saison de la Casa de Papel. Je n’en attendais pas grand chose et pourtant j’ai été agréablement surpris par le renouvellement qui s’y opère. On reste dans un film de genre, avec des éléments imposés par les saisons précédentes mais ça continue à bien fonctionner et on enchaîne les épisodes frénétiquement jusqu’à la conclusion. Au point d’en oublier les incohérences et raccourcis pris parfois…On tire quand même sur la corde. Lovecraft Country n’a pas décroché ce prix tant courtisé (!) parce que ça s’écroule assez vite. Pour le reste, j’ai souvent eu du mal sur la longueur, malgré quelques singularités. Donc je n’en ai pas parlé ou .. pas encore.

Livres et BD

Je pensais qu’il y en avait bien plus que l’année dernière et puis j’ai du ralentir un peu le rythme en fin d’année. J’étais à 170 l’année dernière avec 120 BD, 26 Mangas et 13 romans notamment. Cette année j’ai lu 148 ouvrages dont 87 BD (-23), 36 Mangas (+10) et 20 romans (+7). Là encore, je suis plutôt satisfait (les notes sont sur 5) de ce que j’ai lu. la répartition des œuvres est plus large sur les années 2000-2010 mais reste concentré sur le moderne, tout de même.

A l’heure du choix des œuvres de cette année ou de fin 2019, J’ai été très frappé par « Le Consentement » de Vanessa Springora, pour la catégorie « roman », même s’il s’agit d’une autobiographie qui ne dit pas son nom. Très inscrit dans cette période, il y a une qualité d’écriture au service de ce récit bouleversant et qui interroge tant sur le milieu culturel que sur notre propre société. A mettre en parallèle avec Mignonnes justement.

Pour les BD et Manga, j’ai adhéré totalement au Asadora de Urasawa Naoki. Je ne sais pas encore où cela va m’emmener mais j’aime à la fois l’univers et les personnages, même si on reste en apparence sur une série « à monstre » tels les Gozilla. C’est décidément un des auteurs majeurs des années 2000-2010 mais il n’a pas fini de nous surprendre.

Si je devais choisir une oeuvre francophone, ça serait le bouleversant A la vie de l’homme étoilé qui nous réconcilie avec l’humain. Et forcément le contexte pèse dans mon choix. Il faut parfois pleurer.

Mais il faut que je rajoute une oeuvre de 2019 qui m’a marqué. Les Miracles du bazar Namiya de Higashino Keigo. Étonnant récit qui est à la fois dans le fantastique et la réalité et qui sait perdre son lecteur pour mieux le retrouver dans une jolie conclusion. Une lecture qui fait du bien.

Musique

Pour la musique, je n’ai pas traité de sorties de l’année…sauf si on considère qu’une compilation est une sortie de l’année. Pour la seule sortie de l’année, je ferai paraître l’article dans quelques semaines, je pense. Il faut dire qu’il y a eu des changements de planning chez les éditeurs. J’en ai parlé un peu dans les revues de médias, parfois et c’est tout. Et pourtant j’en ai écouté et vu, de la musique. Disons que j’ai du mal à trouver ce qui me correspond ou ce qui est vraiment créatif…ou alors tout le monde en a déjà parlé et je ne vois pas l’intérêt d’en rajouter. On va dire que ce confinement aura stimulé pour de belles sorties en 2021 ?!

Et le reste dans tout ça ?

Pas eu le temps d’y penser dans une année marquée par le truc là….et par le télétravail et la formation du personnel et des objectifs atteints avec succès pour le côté professionnel. Je fais évoluer mes méthodes constamment même s’il reste des archaïsmes. Sur le blog aussi, je m’attache à faire différemment, déjà parce que je ne peux plus écrire matériellement de la même manière (ça va revenir…) mais aussi parce que j’évolue aussi dans mes intérêts. Toujours pas de basculement sur le backup, donc…Mais il continue de vivre en parallèle, pour ceux qui préfèrent. Et donc, je ne sais toujours pas vraiment à quel rythme je continuerai, mais il y aura toujours de la vie sur ce blog ! (oui je sais, j’ai déjà dit tout ça la semaine d’avant…mais je n’ai toujours pas changé!)

Enfin, avec un peu d’avance, voici la nouvelle bannière qui prendra place au-dessus. A quelques détails près…

10 réflexions sur « Bilan de l’année 2020 et un peu plus »

  1. Faire le bilan, c’est aligner des chiffres, faire des courbes, des camemberts et finalement dire que c’est bien, mais on pourrait faire mieux et cela me rappelle trop le boulot alors je laisse tout cela aux autres.
    A pluche et profites de la vie.

    1. Je t’attendais en effet sur cela 😋 … mais ça m’intriguait de savoir si le confinement avait changé des choses chez moi…

  2. Mon bilan perso c’est plus de temps à la maison cette année mais toujours aussi peu de temps pour regarder 4324523 séries ou jouer à 432324 jeux vidéo.
    Je devrais faire prof de maths 😛
    A noter mon dernier coup de coeur dont tu n’as pas encore parlé je crois : Alice in Borderland, dont les médias en ont fait une bonne critique, alors que je sais qu’il existe des tonnes de live drama action japonais pas importés (vive les torrents avec du VOSTF) adaptés de mangas qui sont très sympas, notamment un dont j’ai oublié le nom.
    (Après recherche : Liar’s Game que j’a idévoré en manga et live du coup : https://www.babelio.com/livres/Kaitani-Liar-Game-tome-1/199196).
    Les « survival » sont nombreux en mangas et les plus connus marchent bien, ça rappelle les Saw en plus vicieux et moins gore souvent.

  3. Quel bilan personnel en tirer ? Un plus grand lâcher-prise (moins d’attentes, moins de déception), une plus grande joie, une très faible consommation compulsive (vivre plus chichement), une meilleure estime de soi… 2020, paradoxalement à titre personnel, ça s’est avéré mieux, bien que j’ai rencontré de grandes difficultés, des douleurs, des peurs.

    Bien sûr, tout ceci n’aurait pas eu lieu si je n’avais pas eu à faire face à l’effet miroir généré par autrui… Donc merci à toutes celles et ceux qui m’amènent à refuser un chemin de la simplicité et du je-m’en-foutisme-nombrilisme. J’ai appris à respecter mes valeurs, quitte à perdre gros sur du court terme mais gagner en sérénité sur du long terme.

    Il y a tant à dire sur 2020… Je pense que ça aura été l’année des excès et des carences, soit l’année des extrêmes. Une forme de manichéisme puéril dans lequel il est si facile de se vautrer par souci d’inconfort sécurisant…

  4. Bonne année Iceman ! En espérant qu’elle soit meilleure que 2020.
    Je suis tristoune que tu n’ais retenu qu’un seul film cinéma 😥
    Par contre ravie de voir Les Miracles du bazar Namiya ici, trop bien vraiment ^^

    1. merci. 🙂

      Il faudrait que je puise dans les autres films vus cette année mais sortis avant.

      Les soins à donner ne nous ont pas permis de rattraper certains films mais ca viendra. (y’a eu quand même de sacrées bouses françaises…)

Les commentaires sont fermés.